Accueil / Politique / Mohammed Boun Abdallah Dionne qualifie l’opposition de LSD.
Mohammed Boun Abdallah Dionne

Mohammed Boun Abdallah Dionne qualifie l’opposition de LSD.

Sacré Mohammed Boun Dionne ! On le savait travailleur, calme et perspicace face à ses objectifs. Jusque-là, on n’avait jamais décelé en lui des talents de provocateurs à l’allusion fine, mais juste. L’étape de Kaffrine aura été celle de la découverte de cette facette cachée du Premier ministre qui assimile l’opposition à un «LSD» (Léral, Seneweb, Dakaractu». On est tenté de se demander si, en réalité, la définition qu’il se donne du LSD reflète réellement le fond de sa pensée. En effet, à l’origine, le LSD est une substance hallucinogène. Il est un psychotrope de la classe des perturbateurs ou psychodysleptiques. Et induit ainsi des troubles de l’humeur, de la pensée et de la perception. Des troubles qui ne se rencontrent habituellement que dans des états comme le rêve, la transe mystique ou la méditation.

Le propos du Premier ministre a été tenu à Kaffrine lors d’un meeting qui a refusé du monde. Outre le fait d’avoir qualifié ses rivaux de LSD, Dionne a décerné le prix de la mobilisation à la capitale du Ndoucoumane. Il renseigne, à l’occasion, que la piste Kaffrine-Nganda, déjà fonctionnelle, sera bitumée dès la fin de l’hivernage (Octobre 2017) pour un coût global de 3 milliards FCFA. Dionne rappelle que dans le département de Kaffrine, 104 pistes de production ont fini d’être édifiées et 48 villages éclairés à l’électricité. En plus du Domaine Agricole Communautaire (DAC) de Boulèle dans la commune de Gnibi qui a coûté 6 milliards FCFA à l’Etat du Sénégal.

Le PM annonce aux milliers de militants, majoritairement composés d’agriculteurs que le Président Macky Sall a repris la Suneor des mains d’Abbas Jabber pour la nationaliser avant d’y injecter une enveloppe de 75 millions de dollars. Ce qui permet aujourd’hui, la réouverture (prochaine) et le fonctionnement des usines de Diourbel, Lindiane (Kaolack), Ziguinchor…Le pouvoir en place, a par ailleurs subventionné mis 7,3 milliards FCFA dans l’achat d’engrais et de semences qu’il subventionne à hauteur de 60% pour les paysans. Il cite aussi l’université El Hadji Ibrahima Niasse et le «Tek Teggui» (achat cash des productions arachidières) qui a fini de ranger aux oubliettes le «Mbappatt» (bons impayés).

Koungueul

La délégation du Premier ministre qui a élu domicile à Kaolack depuis deux jours, avait engagé sa journée par Koupentoum pour ensuite revenir sur ses pas en alternant meetings et escales sur la route nationale. De façon manifeste, le Bambouck, terre d’éleveurs et d’agriculteurs, a été le théâtre du premier meeting. Ici, le défi de la mobilisation a été largement relevé. Les militants bravent les rayons du Soleil qui chauffent le sol Koungueulois. Ils scandent le nom de leurs leaders locaux, font des signes de victoires de temps à autres et acclament Mahammed Boun Abdallah Dionne et son patron. «Le Benno (l’unité) est une réalité», semble être le message véhiculé par l’Assistance. Une attitude qui va droit au cœur de leur hôte. «Le personnel politique de Koungueul est uni. Il fait honneur à l’esprit du Benno et donne de réel motifs de satisfaction et d’espoirs en prélude des législatives du 30 juillet prochain», confie Mahammed Dionne. Qui au passage se félicite de la capture d’un «gros poisson» politique, en l’occurrence le député Mohamed Dieng qui déserte le camp du «Sopi» pour déposer son baluchon à l’Alliance pour la République. Il n’est pas le seul puisque la tête de fil département de la coalition dirigée par Farba Senghor a également rejoint Benno. Deux prises qui font croire à M. Dionne que «le parti dit démocratique est définitivement enterré à Koungueul». Au chapitre des réalisations, le PM rappelle que 47 forages multi-villages ont été construits dans la région de Kaffrine, alors que 18 autres sont en train d’être érigés.

Il est à préciser qu’une halte aux allures de meeting a aussi eu lieu à Malem Hodar où les populations sont sorties massivement communier avec la délégation de Benno Bokk Yakaar.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*