Accueil / Economie / 15 nouveaux postes de députés pour la diaspora
diaspora senegal

15 nouveaux postes de députés pour la diaspora

Les 3 millions de sénégalais résidant à l’étranger devront avoir, dorénavant leurs propres députés à l’hémicycle. Prémisses d’une meilleure démocratie participative ou s’agit-il d’un appel du pied du résident du palais de Roume ?

En tout état de cause, ce lundi 3 janvier 2017, est à marquer dans les annales de l’histoire de la diaspora sénégalaise. L’Assemblée nationale a en effet adopté en ce jour, un projet de loi pour que la diaspora sénégalaise soit représentée. Le texte prévoit la création de 15 nouveaux postes de députés.

Au consulat du Sénégal dans le XVIe arrondissement de Paris, ce projet de loi a été bien reçu, avec un bémol pour certains militants de l’opposition : le nombre de ces députés, trop nombreux.

« Je pense que c’est une bonne chose, quand on pense qu’il y a trois millions de Sénégalais de l’extérieur, explique-t-il. Maintenant, on peut dire que le nombre 15 est un peu exagéré, vu que le pays a de modestes ressources. C’est inopportun d’avoir un si gros nombre de députés. Moi, je pense, pour toute la diaspora, cinq ça suffisait. » dit un sénégalais de France.

Si le projet de loi est ratifié par le chef de l’Etat, les Sénégalais de l’étranger pourront élire ces 15 nouveaux députés dès les prochaines élections législatives en juillet.

Les Sénégalais de France ont jusqu’à la fin du mois de mars pour s’inscrire sur les listes électorales. Pour l’élection de ces nouveaux députés, 8 circonscriptions devront être crées, dont 2 en Europe, 1 en Amérique et 1 en Asie Moyen-Orient et 4 en Afrique du nord, Afrique de l’ouest, en Afrique centrale et en Afrique australe.

La clameur de l’opposition ne s’est pas fait attendre. Pour les nombreux opposants qui contestent cette décision populiste, et politicienne de leur point de vue. Ce projet est budgétivore et plombe les finances publiques. « Cette mesure est absurde ! Nous ne pouvons avoir les départements comme unités de mesure et de l’autre cote, avoir le pays ou la commune comme critère de répartition, argumente le député du PDS Amar Sarr.

Par ailleurs, le ministre de l’ intérieur Abdoulaye Diallo verse du cote de la représentation de la diaspora dans l’hémicycle. Il indique que la diaspora contribue pour plus de 900 milliards de FCfa par an à notre économie soit à peu prés de le tiers du budget national de 2017.

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*