poignardé à mort

Ibrahima Diallo a été abattu d’un coup de « pic à tresser » (Raabu) dans la région du cœur par sa voisine de quartier Oumy S, au cours d’une dispute suivie d’une altercation à l’arme blanche. Oumy se plaint de la panne de sa tablette et remet mardi 25 mars dernier l’appareil à son ami et voisin Ibrahima Diallo, qui fait office de réparateur de matériels électroniques. Après vérification, Diallo décèle la défaillance technique et convient de réparer la tablette moyennant la somme de 5000 F. Il s’engage de finir le travail et demande à Oumy de passer le 26 mars pour récupérer le matériel. Mais, le jour-j, il n’honore pas ses engagements.

Une dispute violente

Acculé par la dame, il tente de se justifier et fixe un autre rendez-vous. Ce qu’il ne respectera pas non plus. La jeune femme se fait des idées noires, envoie son enfant, chez Diallo et lui demande de lui rendre la tablette Mais, le bonhomme se montre peu courtois avec l’enfant et l’éconduit.

Informée, Oumy, la rage au ventre, file droit au domicile du réparateur, l’interpelle et peste contre lui. Tous les deux engagent la dispute et échangent des propos violents. Le voisinage redoute une altercation et se dresse entre eux. Une dame sermonne Oumy, se retire avec elle dans un coin et lui demande de partir. Histoire d’éviter de tenter le diable. Oumy revient cependant à la charge avec un « pic à tresser » (Raabu), caché dans ses cheveux fraîchement nattés, se plante devant la maison de Diallo et se met à nouveau à l’insulter. Elle le traite de gay, le défie de sortir de la maison et juge sur tous ses saints de le saigner. Elle fait un véritable boucan dans le quartier.

Diallo s’énerve et sort de chez lui avec une machette et rejoint sa voisine de quartier. Il se rue ensuite sur elle et commence à la frapper fort avec le plat de la machette. La jeune femme pousse des cris mais engage la résistance. Face à la force de son antagoniste, elle parvient à retirer subrepticement le « pic à tresser » de ses cheveux nouvellement coiffés et lui plante un violent coup dans la région du cœur. Le jeune homme accuse la charge, lâche un cri strictement et s’écroule au sol. Il perd beaucoup de sang, se débat et meurt sur le coup.

La mise en cause prend peur, s’extirpe en douce de la mêlée et se fond dans la nature.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.