bibi diallo et cheikh bakhoum ne parlent plus le même langage

Cacophonie au sommet de l’Etat. Selon Libération, le Dg de l’Adie, Cheikh Bakhoum a tenté de «court-circuiter» le ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Économie numérique dans un appel à la concurrence pour sélectionner un partenaire chargé de l’exploitation des surcapacités de l’infrastructure de l’Etat.

Mis au parfum, par courrier du 4 octobre 2018, Abdoulaye Bibi Baldé, ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Économie numérique (Mctpen), a saisi l’Armp.

Le gendarme des marchés publics,  donnera raison à Abdoulaye Bibi Baldé en annulant purement et simplement le marché accordé à Huawei par Cheikh Bakhoum.

L’Armp souligne aussi que l’autorisation d’opérateurs d’infrastructures est un droit attribué par décret portant approbation d’une convention de concession qui est signée entre l’opérateur d’infrastructures et l’Etat représenté par le ministre en charge des Télécommunications et le ministre en charge des Finances.

Ainsi, en application de ces principes, I’Adie ne peut valablement permettre à un partenaire d’exploiter un câble sous-marin par le biais d’un contrat de concession portant sur une fibre optique qui est en cours de construction par un partenaire technique et financier au profit de l’Etat du Sénégal.

En conséquence, l’Armp ordonne l’annulation de la procédure d’appel à la concurrence et renvoie l’Adle au respect des prescriptions de l’article 32 du Code des télécommunications du Sénégal sur l’exploitation du futur câble sous-marin.