Ouf de soulagement pour 11 éléments de la garde rapprochée du Parti de l’Unité et du Rassemblement (Pur). Arrêtés suite aux affrontements meurtriers survenus à Tambacounda lors de la campagne présidentielle et poursuivis pour coups et blessures volontaires, ces derniers ont recouvré la liberté.

D’après L’As, ils ont bénéficié de libertés provisoires accordées par le Doyen des juges Ngom. Qui a rendu son ordonnance, mardi 21 mai dernier. Trois autres prévenus de meurtre et complicité de ce crime sont toujours en détention provisoire à la prison de Tambacounda.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.