L’affaire de trafic de faux billets dont Boughazelli est impliqué n’a pas encore livré tous ses secrets. Face aux enquêteurs les suspects ont enfoncé l’ancien député.

« Dave » : « Je voulais gagner 15 millions… Ma mère m’avait conseillé… »

Lors de son interrogatoire à 21 heures, « Dave » révèle : « (…) J’ai connu Khalifa Dia il y a de cela six ans. On était juste amis, mais on ne se fréquentait pas. Il m’a présenté au mois d’octobre à Oumar Samb. Eux deux sont venus me voir pour résoudre une affaire de virement bancaire. Mais, il restait un accord entre Oumar et le banquier. Sachant que mon père fait partie des notables de Touba, ils m’ont demandé d’intervenir auprès de lui pour des prières. Après cela, ils sont revenus chez moi pour me proposer de laver des billets de banque. Il y avait 550 billets de 100 euros et de 50 euros. En contrepartie, je devais leur remettre 5 millions de Fcfa. J’en ai fait part à ma mère qui m’avait conseillé de ne jamais entrer dans ce genre d’affaire. On s’est revu le jour où je devais leur verser l’argent. Mais, je n’ai pas honoré mes engagements. Je leur ai demandé d’attendre ».

« Dave » continue son récit : « Quelques temps après, j’ai reçu un appel de « Nguess » qui m’a déclaré connaître une fille qui a une machine pour laver des billets noirs. Il m’a dit que c’est Oumar Samb et Khalifa Dia qui l’ont mis en rapport avec moi. J’ai reçu par la suite un appel de « Nguess » qui m’a parlé d’un client qui avait besoin billets noirs. J’ai accepté et c’est au moment de la transaction que j’ai été arrêté ». Avant de « s’excuser », « Dave » jure qu’il voulait juste « gagner » 15 millions de Fcfa.

« Nguess » : « Une affaire qui pourrait être bénéfique pour nous… »

« Nguess » ne dit pas le contraire, mais relativise. « Je vais vous raconter la genèse des faits », glisse-t-il sérieusement aux gendarmes. Avant de se lâcher : « Malé Diagne et moi sommes des amis de longue date. D’ailleurs, nous partageons le même quartier à Ouakam. Un jour, il m’a informé d’une affaire qui pourrait être bénéfique pour nous. Un de ses amis voulait un contact pour acheter des billets noirs. C’est ainsi que j’ai activé « Dave », qui est dans ce milieu, pour le mettre en rapport avec le client. C’est après la transaction que j’ai été arrêté ». Même s’il reconnaît partiellement les faits, « Nguess » tient à faire une précision : « Ma mission s’est seulement limitée à les mettre en rapport ».

Malé Diagne : « Je devais gagner 5 millions dans l’opération »

Malé Diagne n’est pas d’accord : « Au début du mois de novembre 2019, j’ai été contacté par un homme d’affaires qui m’a dit qu’il s’activait dans le trafic de billets noirs. Il m’a demandé de lui trouver quelqu’un qui pourrait lui trouver une grosse somme en billets noirs. Je l’ai mis en rapport avec « Nguess » qui s’active dans ce domaine. Depuis lors, je n’ai plus de leurs nouvelles, ils traitaient ensemble à mon insu. Ce n’est que ce 13 novembre qu’il m’a appelé pour que je l’accompagne au King Fahd Palace le temps qu’il rencontre le client. Nous sommes montés au cinquième étage et les gendarmes ont surgi des toilettes ».

Avant de terminer son audition, Malé Diagne balancera un clin d’œil meurtrier à ses « amis » : « Je suis souvent avec eux, mais j’ignorais qu’ils s’activaient dans le trafic de faux billets ». Quid de Khalifa Dia à qui Oumar Samb avait remis des billets noirs qu’il dit avoir acheté auprès de Bougazelli ? « J’ai connu Oumar Samb dans le milieu du business. On a longuement cheminé ensemble. Au début du mois de nombre 2019, il m’a demandé un service. Le travail consistait à jouer le rôle de mandataire, entre lui et Mamadou Diop, concernant une affaire de faux billets de banque. Je devais gagner 5 millions de Fcfa dans l’opération. Lorsque j’ai rempli ma mission, je suis rentré chez moi. Ce 13 novembre, Mamadou Diop m’a appelé pour me fixer rendez-vous au niveau du carrefour de Ouakam pour me remettre un colis pour Oumar Samb. C’est là que j’ai été arrêté ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.