Terrorisme: Le groupe Etat Islamique s’installe en Afrique centrale

Le califat a peut-être disparu en Irak et en Syrie, mais l’Etat islamique est en train de changer de marque et de trouver de nouveaux endroits pour terroriser, cette fois en République démocratique du Congo.

Le 18 avril, l’Etat islamique a lancé son premier attentat dans un pays d’Afrique centrale lorsque des «soldats du califat» ont attaqué une caserne près de la frontière avec l’Ouganda, dans l’est du Congo, faisant huit morts. L’attaque au Congo coïncide avec la récente attaque terroriste au Sri Lanka, alors que l’Etat islamique semble être à la hausse. Les attentats à la bombe de Pâques hautement coordonnés commis au Sri Lanka, qui ont coûté la vie à 253 personnes, constituent le pire attentat terroriste depuis le 11 septembre.

« Ce que l’ISIS cherche à accomplir en revendiquant l’attaque en RDC et au Sri Lanka génère la perception d’une insurrection mondiale », a déclaré à Fox News, Sim Tack, analyste mondial chez Stratfor. Abou Bakr al-Baghdadi, le leader de l’Etat islamique, a refait surface et est apparu dans sa première vidéo en cinq ans, le 29 avril, encourageant ses partisans à mener des attaques et promettant de poursuivre la croisade contre les envahisseurs du califat. La possibilité d’une «province d’Afrique centrale» dans les opérations de l’Etat islamique après le califat est une idée préoccupante étant donné l’instabilité et la faible capacité de l’État du gouvernement congolais.

Le Congo a été déchiré par l’une des guerres civiles les plus meurtrières de l’histoire de 1998-2003. La Seconde guerre du Congo a coûté la vie à plus de 3 millions de personnes et déplacé près de 5 millions. Un accord de paix faible a été conclu en 2002; toutefois, la portée limitée de l’État, la mauvaise gouvernance et la vaste corruption bureaucratique ont empêché le Congo de se remettre complètement des décennies de violence.