Soudan: Le peuple «nommera un gouvernement de transition»

Les dirigeants du mouvement de protestation soudanais ont annoncé qu’ils nommeraient dimanche des membres d’une autorité de transition pour remplacer l’actuelle junte militaire.

Après des mois de manifestations, l’armée a chassé le leader de longue date au Soudan, Omar al-Béchir, la semaine dernière. Mais les manifestants veulent que l’armée confie le pouvoir à une autorité civile. Pour appuyer leurs revendications, des foules immenses se sont à nouveau rassemblées devant le siège de l’armée vendredi, en scandant: « Liberté, paix et justice ». Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre de la capitale, Khartoum, après les prières du vendredi organisées lors des plus grandes manifestations organisées depuis que M. Béchir avait été chassé du pouvoir, a rapporté l’agence de presse Reuters. L’armée a cédé à plusieurs demandes des manifestants, affirmant notamment qu’ils peuvent nommer un Premier ministre et transférant M. Béchir dans une prison à sécurité maximale.

Cependant, elle a refusé de se retirer et de nombreux Soudanais craignent que la même élite de responsables militaires et de politiciens ne soit toujours au pouvoir dans les coulisses. « Si nous ne restons pas, ce sera comme si nous n’avions rien fait. Nous resterons jusqu’à ce que le Conseil militaire soit évincé », a déclaré à Reuters Rania Ahmed, une manifestante de 26 ans. L’Association des professionnels soudanais, qui a été le fer de lance des manifestations, a annoncé qu’elle nommerait les membres de son conseil de transition lors d’une conférence de presse dimanche à 17h00 GMT devant la base militaire. « Nous demandons que ce conseil civil, qui comptera des représentants de l’armée, remplace le conseil militaire », a déclaré à l’agence de presse AFP Ahmed al-Rabia, dirigeant du groupe de coordination des syndicats de médecins, ingénieurs et enseignants.

Dans le même temps, les États-Unis ont annoncé qu’ils enverraient Makila James, sous-secrétaire d’État adjointe chargée de l’Afrique de l’Est à Khartoum ce week-end. « La volonté du peuple soudanais est claire: il est temps de passer à un gouvernement de transition inclusif et respectueux des droits de l’homme et de l’Etat de droit », a déclaré la porte-parole du département d’Etat Morgan Ortagus. Les manifestations ont commencé il y a cinq mois environ, après la réduction des subventions pour le pain et le carburant, ce qui a entraîné une flambée des prix. Mais les troubles se sont rapidement transformés en une demande de démission de M. Bashir, au pouvoir depuis le coup d’État de 1989.

Check Also

Soudan: Six morts lors d’une manifestation, l’armée accuse des « infiltrés »

Les forces de sécurité soudanaises ont abattu six personnes, dont un officier de l’armée, …