situation du soudan

Alors que la mobilisation se poursuit pour un gouvernement civil, plusieurs chefs d’ Etats africains se sont réunis au Caire appelant à une « transition pacifique et démocratique, même son de cloche pour Washington.

Suite à l’éviction forcée d’Omar El Béchir , le pouvoir est aux mains des autorités militaires qui comptent le conserver pour une période deux ans. Une décision qui ne fait qu’ accentuer les manifestations, pour le départ du conseil de transition militaire.

Réunis au Caire, les chefs d’ Etats africains, ont donné un délai de trois mois supplémentaire au Conseil militaire soudanais de transition pour transférer le pouvoir à un gouvernement civil.

D’après la présidence égyptienne, le chef de l’Etat Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l’UA, avait convié au Caire ses homologues Idriss Déby (Tchad), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Paul Kagame (Rwanda), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Mohamed Abdullahi Mohamed (Somalie) et Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud). L’Ethiopie, le Soudan du Sud, l’Ouganda, le Kenya et le Nigeria étaient représentés par de hauts responsables.
L’Union africaine avait elle menacé le 15 avril de suspendre Khartoum si l’armée ne quittait pas le pouvoir d’ici 15 jours .

Les Etats unis , ont eux aussi apporté mardi leur soutien à la « demande légitime des manifestants .

Depuis la destitution le 11 avril du président Omar el-Béchir sous la pression d’un mouvement de contestation déclenché le 19 décembre , le pays est sous le contrôle du Conseil militaire de transition .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.