Suite à un contentieux avec les Douanes sénégalaises, les quatre grossistes-répartiteurs pharmaceutiques, que compte le Sénégal, menacent d’arrêter d’importer les médicaments. Selon SourceA, ils accusent la Direction du Renseignement et des Enquêtes douanières (Dred) de les associer à une affaire qui ne les concerne pas, en l’occurrence l’affaire Katy FALL-CISSE & INNOV Pharma’’.

Convaincus que la Direction des Douanes les ‘’accuse d’avoir effectué des importations de médicaments sans Autorisations de Mises sur le Marché en vigueur (AMM), alors qu’ils disent s’être conformés aux règles d’importation mises en œuvre par les Pouvoirs publics, les grossistes-répartiteurs pharmaceutiques refusent ‘’de transiger, pour une faute qu’ils n’ont ”jamais commise’’. D’autant que, selon eux, ‘’on ne pourrait parler d’infractions, dès lors que les importations ont été faites sur la base d’AIM, seul document requis pour importer en référence à la pratique en vigueur’’.

D’énormes risques planent ainsi sur le Sénégal et la santé publique, au cas où un remède n’est pas trouvé à la grosse colère des grossistes. Le drame qui se profile à l’horizon risque d’être le pire péril humain que le Sénégal n’ait jamais connu.

Interpellé par SourceA sur cette affaire, Yérim Diop, directeur de la Pharmacie et du médicament pique une colère noire et fait dans la menace. «Il ne peut pas y avoir de faux médicaments, dans le Secteur privé. Tout est réglementé dans ce Secteur ; donc, la Douane doit exercer ses prérogatives et me laisser avec les miennes sinon beaucoup de têtes vont tomber». En effet, selon lui, ‘’Le Code douanier ne peut pas prendre le dessus sur la santé publique’’.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.