Les propos de Patrice Talon sur le retrait du trésor français des réserves de change du franc Cfa continuent de faire jaser. Abdoul Mbaye, l’invité Afrique de Rfi ce jeudi 14 novembre a critiqué le président béninois. Il lui reproche d’être allé trop vite en besogne.

« J’ai été surpris d’entendre une telle déclaration parce que ça correspond à une réforme majeure du FCFA puisque, retirer les réserves de la banque centrale auprès du trésor français, c’est remettre en question le dispositif de garantie mis en place pour assurer la convertibilité du Cfa en cas d’absence de réserves détenues par la BCEAO » estime cet ancien haut fonctionnaire de la Banque centrale. Il pense donc que le président béninois est allé trop loin dans ses déclarations.

Il aurait pu attendre une décision unanime de la conférence des chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) pour faire une telle déclaration, pense l’ancien Premier ministre. Il convient cependant qu’une réforme du Cfa est la bienvenue. La fixité de la monnaie par rapport à l’euro doit par exemple faire l’objet de réflexion parce qu’il ne faudrait pas uniquement arrimer le Cfa à la monnaie européenne.

“Une monnaie qui inspire confiance”

Le Cfa peut avoir une fixité par rapport à un panier de devises estime l’ex fonctionnaire de la BCEAO. Mais ces questions, il faut sérieusement les étudier et se garder de déclarations qui pourraient conduire à des comportements dommageables de la part des usagers du Cfa, conseille-t-il. L’homme rappelle par ailleurs que le Cfa est une monnaie forte en Afrique de l’Ouest. Une « monnaie qui inspire confiance ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.