24 fevrier

C’est aujourd’hui, à 11h, sauf report de dernière minute, que la Commission nationale de recensement des votes va se déterminer. Elle dira, en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés, qui des cinq candidats aura été élu au premier tour, ou quels seront les deux qui seront au second tour.

Un verdict très attendu tant les incertitudes sur l’issue du scrutin sont grandes. Les électeurs sénégalais attendent avec impatience de connaître le ou les noms des vainqueurs. Car, dans chaque camp politique (pouvoir et opposition), on tire la couverture de son côté.

Après avoir parlé de 57% des suffrages remportés au premier tour, Benno Bokk Yakaar, encore au pouvoir, parle maintenant de 58%.

Quant à la coalition Idy2019, elle reste convaincue qu’un second tour est inévitable. D’ailleurs, les femmes de cette coalition et celles des autres candidats de l’opposition ayant participé au vote, en l’occurrence Me Madické Niang, Issa Sall et Ousmane Sonko, ont organisé une conférence de presse pour mettre en garde contre ce qu’elles appellent toute tentative de confisquer la volonté populaire.

Rappelons, à ce propos, que la coalition Idy2019 a publié ses propres résultats et ne créditent le pouvoir que d’un scores de 46,68% et a acté le second tour.

L’opinion sénégalaise est également ainsi divisée. Et la presse ne facilite pas les choses, elle qui publie régulièrement des chiffres de toutes sortes qui, parfois, comportent d’ailleurs des erreurs manifestes.

Comme quoi, il n’y a plus de sérénité dans notre pays où des arrestations sont également opérées, surtout dans les rangs de l’opposition. Après les jeunes, ce sont les femmes qui, parce qu’elles avaient improvisé une marche après leur conférence de presse d’hier, ont enregistré des arrestations dans leurs rangs.

C’est dire que la tension préélectorale est en train de laisser sa place à une tension-post-électorale.