Limogé lundi après une période de trouble bien trop longue, Ernesto Valverde laisse sa place à Quique Setien. L’ancien entraîneur du Betis Séville est connu pour aimer par-dessus tout le jeu d’un Barça qu’il va devoir rassurer plus que relancer.

Le 11 novembre 2018, le Betis Séville d’un certain Quique Setien s’imposait au Camp Nou face à Barcelone (3-4). C’est le dernier à avoir battu le club blaugrana sur ses terres. Il s’agit peut-être d’un match détonateur pour cet amoureux du jeu offensif qui ce soir-là avait reçu un maillot de Sergio Busquets sur lequel il est écrit: «Pour Quique, avec joie et admiration pour ta manière de voir le football». Une entente cordiale et vision commune du football qui tient des mêmes racines : Johan Cruyff.

C’est un résumé, certes rapide, mais assez efficace du jeu prôné par Quique Setien qui aurait tout donné pour évoluer sous les ordres du Néerlandais. «Tout ce que je suis comme entraîneur, je le dois au fait d’avoir couru derrière le ballon quand je jouais contre le Barça. (…) J’ai copié beaucoup de choses. C’est le style que je reconnaissais déjà en tant que joueur, ça me parlait», avait-il lâché un jour dans une interview accordée au Mundo Deportivo. Impossible de faire plus explicite. Il aime la possession, le pressing haut, le mouvement…

Mais évidemment, cet amour du beau jeu et cette identité si proches des valeurs sportives du Barça ne suffisent pas. S’il n’a pour l’heure jamais entraîné une équipe de top niveau, il n’est pas seulement connu pour aimer le Barça et Messi («Je n’ai vu aucun joueur comme Messi dans toute l’histoire du foot», avait-il dit un jour) mais aussi pour avoir un fort caractère. Et il va lui en falloir pour prendre la suite d’un Ernesto Valverde qui laisse tout de même le club à la première place en Liga (avec un Real Madrid autrement plus costaud qu’en début de saison) et avec un duel à venir contre Naples en huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Setien a été engagé jusqu’en 2022 et non pas jusqu’à la fin de la saison comme certains pouvaient l’imaginer suite aux négociations avec Xavi. A 61 ans, c’est l’opportunité de sa vie. Et le club idéal à ses yeux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.