procès de cheikh béthio

Entendu par les juges de la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour, Khadim Seck , un des accusés, a clairement enfoncé le guide des Thiantacounes.

Il a soutenu que Cheikh Béthio Thioune lui a remis une arme lors de la période électorale de la présidentielle de 2012. Ce qui est en phase avec les éléments entendus lors de la lecture de l’ordonnance de renvoi par le greffier. Dans sa lecture des faits, il a rappelé que des coups de feu ont été tirés le jour du drame survenu le 22 avril 2012. Tour à tour, des accusés ont été entendus et la majeure partie a renseigné que les vrais auteurs du double crime de Bara Sow et Ababacar Diagne, sont Cheikh Faye et sa bande de « Thiantacounes », communément appelés les commandos de Cheikh Béthio Thioune. Le greffier d’ajouter qu’après le drame, ces derniers, qui étaient armés, ont entonné « commandos, commandos », pour crier victoire. A l’en croire toujours, le guide des Thiantacounes avoue avoir exclu Bara Sow des rangs de ses disciples pour avoir, dit-il, injurié Serigne Saliou Mbacké. D’après toujours l’ordonnance de renvoi lu par le greffier, Cheikh Béthio a assumé vouloir la mort de Bara Sow, même s’il ne l’a pas tué. Pour sa part, l’un des accusés a affirmé à la barre que son guide spirituel lui a remis son arme et lui a même laissé la directive de ne jamais laisser Bara Sow remettre les pieds dans sa maison. D’autres co-accusés comme Moussa Diène, propriétaire d’une charrette, ont indiqué que les deux corps sans vie ont été cachés dans la maison du Cheikh pour être inhumés en cachette dans une fosse commune plus tard dans la nuit. L’audience a été suspendue pour reprendre ce matin, avec la suite de l’audition des accusés.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.