Contrairement à l’étude de The Lancet, qui avait conclu à un taux de mortalité élevé avec l’hydroxychloroquine sur la base de 96 000 dossiers de malades, au Sénégal, ce molécule ne tue pas. Aucun cas de décès lié à l’hydroxychloroquine n’a été enregistré au Sénégal. La révélation est faite par le Pr  Moussa Seydi. Encore mieux, selon des confessions de membres de l’équipe du Professeur l’antipaludique utilisé depuis le début de la maladie dans les différents centres de traitement n’a pas d’effets secondaires graves. Le Pr Seydi, a fait des analyses sur 362 patients et il a été constaté que seuls 12 cas souffraient d’effets secondaires. Et ceux-ci étaient modérés. Il n’y avait pas d’effets secondaires graves. Moussa Seydi va, d’ailleurs, bientôt publié des études réalisés sur 500 patients traités avec l’hydroxychloroquine et les résultats préliminaires seront dévoilés début juin dans plusieurs grandes revues médicales internationales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.