Monnaie unique de la Cedeao: L'Eco, est-t-il un projet mort né ?

Les chefs d’Etat membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont décidé d’adopter une monnaie unique dès 2020. Le nom de la nouvelle monnaie communautaire s’appellera « Eco ». Mais quelle sera la valeur de cette monnaie? C’est le point qui cristallisent toutes les attentions. Les relations maître-élève entre la France et certains chefs d’Etat compliquent la réalisation du projet.

La monnaie unique de la Cedeao risque d’être étouffée. Au regard des relents de certains chefs d’Etat, Alassane Ouattara et Macky Sall, pour ne pas le nommer, les pays anglophones risquent de tourner dos à ceux francophones qui ne veulent pas s’affranchir de la tutelle française. Très tôt après les convergences communautaires, les deux présidents ont émis des réserves sur la faisabilité de la chose. La détermination des autres Etats à aller jusqu’au bout a contraint les deux élèves, fidèles à leur maître, à accepter l’adoption de la monnaie unique.

Le débat rode désormais autour de la valeur de l’Eco. Alassane Ouattara, en visite officielle à l’Elysée, a déclaré sans outre mesure que la monnaie ouest africaine ne changera pas fondamentalement. Pour le président ivoirien, c’est le franc Cfa qui changera de nom pour s’approprier l’Eco. Pire, il va déclarer que « le taux de change de l’euro par rapport au franc CFA est de 655,9. Et bien sûr, si les chefs d’État décidaient l’année prochaine de changer le franc CFA en éco parce que nous avons respecté tous les critères de convergence, ce taux ne changerait pas dans l’immédiat ». C’est dire que la nouvelle monnaie dépendra dans les moindres détails de la France.

Cette posture d’Alassane Ouattara, au-delà de sa personne, donne l’impression que l’Afrique ne veut pas s’arracher son indépendance. Les chefs d’Etat africains ont certainement des deals avec le colonisateur. La relation France-Afrique profite, d’une manière ou d’une autre, aux présidents africains à l’insu des populations. Sinon, pourquoi recourir à la permission de la France avant d’opérer une réforme communautaire? Les pays anglophones menaçant de se retirer de l’Eco en cas d’ingérence de la France, le projet d’avoir une monnaie unique dans l’espace risque de ne jamais prospérer. Ce ne sera pas un crime de lèse majesté de dire que c’est le souhait des présidents africains qui doivent leur élection à la France.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.