Police - enquêteurs

L’affaire du meurtre du commandant Tamsir Sané ne cesse de connaitre des rebondissments. Après avoir interpellé une bande de 13 individus un peu partout dans ladite localité, voilà que se posent la question à savoir si les procédures ont été respectées. Selon la RFM, les 13 auteurs présumés de l’attaque mortelle de Koumpentoum n’ont pas bénéficié de l’assistance d’un avocat lors de leur interrogatoire à la brigade de gendarmerie de Koumpentoum, encore moins lors de leurs arrestations en différents endroits de la zone. Or, la présence d’un avocat est une obligation à moins que le prévenu ne renonce à ce droit.

«La gendarmerie a peut être commis un vice de forme. Aucune des 13 personnes arrêtées dans cette affaire n’a bénéficié de l’assistance d’un avocat comme le stipule la loi. Et la loi ne fait aucune dérogation en la matière. Toute personne interpellée doit se voir notifier son droit d’être assistée par un avocat. Les gendarmes enquêteurs de Koumpentoum se sont-ils acquittés de cette obligation ? Non. Selon les sources de la RFM.», ont rapporté nos confrères.

Un adage dit « Nul n’est au dessus de la loi ». Or dans cette situation, si on se réfère aux informations de la source de la Rfm, les enquêteurs ont commis une très « grave erreur » même il s’agit de l’assassinat d’un des leur.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.