D’après des sites arabophones comme « taqadoum » et « anbaa.info », citant une source proche de la présidence, le nouveau chef d’État mauritanien Mohamed Ould Ghazouani aurait décidé de lever les poursuites contre le banquier Mohamed Ould Bouamatou et d’autres exilés politiques. Une telle décision consoliderait le climat de détente qui s’est installé en Mauritanie depuis juillet 2019.

Une mesure attendue depuis deux mois

En octobre dernier, des rumeurs avaient circulé à Nouakchott, selon lesquelles le président Ghazouani allait gracier les « damnés » de la république d’Abdel Aziz, lors de la célébration de l’indépendance mauritanienne, le 28 novembre. Mais Ghazouani n’a rien dit en ce sens. Pourtant en décembre, les sites arabophones « taqadoum » et « anbaa.info » ont écrit que le nouveau chef d’État mauritanien va bientôt mettre fin aux poursuites contre le banquier Mohamed Ould Bouamatou et d’autres exilés politiques. Parmi ceux-ci Mohamed ould Debbagh (proche collaborateur de Bouamatou) et Mustapha ould Limam Chafi’i, un homme bien introduit dans les palais présidentiels d’Afrique de l’Ouest.

Ghazouani aurait-il écouté son peuple ?

Le 13 décembre dernier, près d’un millier de personnes ont participé à un « sit-in » devant le palais présidentiel pour exiger le retour des exilés, des journalistes, des blogueurs, des artistes et des hommes d’affaires. Selon ces manifestants « aucune ouverture et aucune forme d’apaisement du climat politique en Mauritanie n’est concevable, sans le retour des exilés et la fin des poursuites injustifiées contre les hommes d’affaires, journalistes, syndicalistes et blogueurs ». Il fallait que Ghazouani continue sur sa lancée.

Après son élection en juillet 2019, le nouveau président mauritanien a marqué une rupture d’avec son prédécesseur, en lançant son pays sur les rails d’un État de droit. Il a très rapidement procédé à la libération de prisonniers d’opinion et initié un dialogue national avec l’opposition. Celle-ci n’avait pas droit à la parole sous Mohamed Abdel Aziz. Désormais, sous la houlette de Ghazouani, la Mauritanie aspire à une nouvelle ère : celle de la démocratie et des libertés individuelles.

Mohamed Ould Bouamatou, un self-made-man au grand cœur

Notons qu’en décembre, les autorités mauritaniennes ont réhabilité Mohamed Ould Ghazouani, en lui remettant une distinction pour ses efforts d’investissement dans le pays. L’homme d’affaires a bâti un véritable empire économique en investissant tous azimuts dans l’économie de la Mauritanie. À travers le Groupe BSA, qu’il a créé au début des années 1990 et qu’il dirige depuis, Mohamed Ould Bouamatou a quasiment financé tous les secteurs économiques mauritaniens, de la banque, à la téléphonie, en passant par les assurances, la pêche, l’agroalimentaire, les mines, ou encore la construction.

Il est aussi et surtout connu pour ses œuvres caritatives.  Le philanthrope mauritanien a créé en 2001 une clinique ophtalmologique qui soigne gratuitement les personnes atteintes de cécité, principalement de cataracte. Il agit en outre dans l’humanité et la promotion des valeurs humaines à travers sa fondation pour l’égalité des chances en Afrique.

Laisser un commentaire