juges cour

Tant contreversé depuis plusieurs mois pour ne pas parler d’années, « L’arrêté Ousmane Ngom« , du nom de la fameuse interdiction de manifester dans le centre-ville de Dakar, a été annulé jeudi dernier par la cour suprême, selon senego. Les organisations de défense des droits de l’homme, voient ceci comme étant une violation des droits de l’homme et une atteinte aux libertés.

Le 31 août 2018, le préfet de Dakar interdisait un sit-in du Parti démocratique sénégalais (Pds) devant le ministère de l’Intérieur, par arrêté N° 0305 P/D/C.

La source d’ajouter que la Cour suprême a annulé, jeudi, l’arrêté du préfet, après avoir constaté les «violations manifestes» contenues dans l’arrêté Ousmane Ngom.

Pour mémoire, Me Assane Dioma Ndiaye avait introduit une demande d’abrogation de l’Arrêté Ousmane Ngom auprès du ministère de l’Intérieur, pour «illégalité manifeste».

Mais, La robe noire semble n’avoir pas été pris en compte par les services d’Aly Ngouille Ndiaye.

Ceci étant, le droit de l’hommiste a saisi la Chambre Administrative de la Cour suprême du Sénégal, le 13 septembre dernier, d’un recours pour excès de pouvoir contre l’Arrêté.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.