HomeA la uneLigue des Champions: Le Real Madrid rejoint Liverpool en finale

Ligue des Champions: Le Real Madrid rejoint Liverpool en finale

Immortel Real Madrid ! Grâce à l’inévitable Karim Benzema, le « Roi d’Europe » a signé une nouvelle remontée extraordinaire mercredi dans son antre de Santiago-Bernabéu pour renverser Manchester City 3-1 en prolongation (défaite 4-3 à l’aller) et rejoindre Liverpool en finale de la Ligue des champions le 28 mai au stade de France.

Laissé pour mort après l’ouverture du score de Riyad Mahrez (73e) qui offrait deux buts d’avance en cumulé aux Skyblues, le Real a encore renversé une montagne par son jeune prodige brésilien Rodrygo, entré à la 68e et auteur de deux buts en l’espace de quelques secondes (90e, 90e+1) pour pousser le match en prolongation.

Et à la 95e, le héros Karim Benzema est entré en scène : muet et imprécis jusque-là, le prince madrilène a retrouvé sa cape et a transformé un penalty qu’il a lui-même provoqué pour propulser le Real en finale, avant de céder sa place (104e).

« C’est plus dingue (que les qualifications contre le Paris SG et Chelsea) car ça a duré jusqu’au dernier moment, jusqu’à la 90e et la 92e minute… Je ne peux pas l’expliquer, c’est incroyable. Quand il y a 1-1 et que l’arbitre ajoute six minutes, tu sais que tout est possible » a exulté le portier Thibaut Courtois au coup de sifflet final.

La « nuit magique » madrilène a commencé à la 90e : comme exigé par les supporters merengues dans la banderole déployée avant le coup d’envoi aux côtés du tifo à l’effigie de l’avant-centre français, la renversante « Maison-Blanche » a puisé dans ses réserves pour offrir de l’espoir, puis de la gloire.

L’odyssée continue

Alors que le match prenait tranquillement la direction d’une qualification anglaise, le Real s’est réveillé à la dernière minute pour s’offrir une réédition de la finale de 2018 à Kyiv, où l’équipe alors dirigée par Zinédine Zidane avait raflé sa troisième Ligue des champions de rang (3-1), dans un match marqué par les bourdes du portier Loris Karius.

Les deux buts signés Rodrygo ont réveillé le public madrilène, qui a repris son perpétuel refrain de plus belle : « Si se puede ! » (« Oui, c’est possible ! », en espagnol).

C’est la première fois que le Real Madrid parvient à se qualifier après avoir perdu le match aller d’une demi-finale sur la scène continentale. Auparavant, les Merengues avaient échoué à huit reprises.

Mais cette saison, c’est l « irréel » Madrid : après l’épique renversement de situation face au Paris Saint-Germain en 8es de finale (1-0, 3-1), l’incroyable remontée contre Chelsea en quarts (1-3, 2-3 a. p.), et l’odyssée du match aller à Manchester il y a une semaine (4-3), l’équipe dirigée par Carlo Ancelotti a ajouté une nouvelle page à son carnet d’épopées de la saison continentale 2021-2022.

Quatre jours après être devenu le premier entraîneur à remporter les cinq grands championnats du football européen, Ancelotti, l’homme qui avait mené le Real vers la « Decima », sa dixième C1, en 2014, peut aussi devenir le premier technicien de l’histoire à rafler une quatrième Ligue des champions.

En finale, l’avant-centre français affrontera son principal concurrent pour le Ballon d’Or, Sadio Mané. Mais la planète entière est quasiment déjà acquise à la cause du Benzema version 2021-2022, le meilleur de sa carrière, qui, à 34 ans, n’a plus qu’une marche à gravir pour offrir sa 14e couronne continentale à l’éternel Real Madrid.

- Advertisment -

Most Popular