libye: le gouvernement libyen arrête la progression des forces de haftar

Le gouvernement libyen, soutenu par les Nations Unies, a lancé une contre-offensive pour empêcher les forces rivales fidèles à Khalifa Hafter, un homme fort des forces armées, d’avancer sur la capitale, Tripoli, en promettant de reprendre le contrôle de toutes les zones saisies ces derniers jours.

La contre-offensive, baptisée « Volcano of Rage » (« Le volcan de la rage »), vise à purger « les villes libyennes d’agresseurs et de forces illégitimes », a déclaré dimanche le colonel Mohamed Gnounou, porte-parole des forces armées du gouvernement de l’Accord national (GNA) basé à Tripoli.

Les forces pro-Haftar de l’Armée nationale libyenne autoproclamée contrôlent l’est de la Libye et se sont récemment étendues au sud de l’État nord-africain. Ils ont commencé leur avancé sur Tripoli le 4 avril dans le but de s’emparer de la ville et de renverser le gouvernement internationalement reconnu.

L’opération militaire a été lancée après la visite du Secrétaire général de l’ONU en Libye et a annoncé un plan pour une conférence soutenue par l’ONU prévue pour la mi-avril et destinée à aider à unir les forces libyennes rivales et à ouvrir la voie à des élections dans ce pays instable.

Le bilan des affrontements

Au moins 32 personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées lors de combats avec les troupes de Haftar près de Tripoli, a déclaré dimanche à la chaîne de télévision Al-Ahrar le ministre libyen de la Santé, Ahmid Omar. Les forces de Haftar ont également déclaré que 14 de leurs combattants étaient morts jusqu’à présent.

Le bureau humanitaire des Nations Unies a déclaré lundi dans un rapport qu’au moins 2 200 personnes avaient fui les combats au sud de Tripoli depuis le 4 avril, et de nombreux civils ont été bloqués et coupés des services d’urgence.