Des coups de feu et des explosions ont résonné vendredi dans le centre-ville de Tripoli, alors que la force de la LNA de l’est libyenne attaquait les forces du gouvernement internationalement reconnu autour de l’aéroport international désaffecté et du district d’Ain Zara.

Les combats entre la force orientale du général Khalifa Haftar et les troupes fidèles au gouvernement de Tripoli dirigées par le Premier ministre Fayez al-Serraj ont déplacé 9 500 personnes dans la capitale, ont déclaré les Nations Unies. Mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’elle avait élaboré des plans d’urgence au cas où « des milliers, voire des centaines de milliers » de personnes seraient déplacées. La marche de Haftar à Tripoli, dans le nord-ouest de la Libye, marque le dernier tournant d’un cycle de violences et de chaos entre factions remontant au soulèvement de 2011 qui a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi. Jeudi tard, l’Union européenne a exhorté les forces de la LNA à mettre fin à leur offensive.

Les autres menaces

Outre le nombre de victimes civiles, la reprise du conflit menace de perturber les approvisionnements en pétrole, d’accroître la migration de la Méditerranée vers l’Europe, de faire échouer le plan de paix des Nations Unies et d’encourager les militants islamistes à exploiter le chaos. La Libye est le principal point de transit pour les migrants qui ont afflué en Europe ces dernières années, la plupart du temps victimes de la traite par des gangs de passeurs. Les forces de la LNA ont balayé leur fief de l’est de la Libye pour s’emparer du sud peu peuplé mais riche en pétrole plus tôt cette année, avant de se diriger vers Tripoli, où siège le gouvernement soutenu par l’ONU de Serraj.

Le docteur Syed Jaffar Hussain, représentant de l’OMS en Libye, a déclaré lors d’une conférence de presse tenue à Tripoli qu’il craignait des épidémies de tuberculose, de rougeole et de maladies diarrhéiques dues à un mauvais assainissement, en particulier chez les personnes déplacées. L’OMS a déclaré disposer de deux semaines de fournitures médicales pour les hôpitaux de Tripoli. Haftar faisait partie des officiers qui avaient aidé Kadhafi à prendre le pouvoir lors d’un coup d’Etat en 1969 avant de se séparer de lui plus tard. Les critiques appellent Haftar, un autre homme fort dans le moule de Kadhafi. Il a jusqu’ici résisté aux pressions de l’ONU pour accepter un accord de partage du pouvoir visant à stabiliser la Libye, utilisant son influence comme un allié de l’Occident pour tenter d’endiguer le militantisme islamiste en Afrique du Nord.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.