le tueur de l'hippopotame

L’abattage de l’hippopotame à Kédougou continue de susciter une vague d’indignation. Après les récriminations de Moustapha Diakhaté, l’avocat Me Bamba Cissé, va plus loin, et demande tout simplement des poursuites contre le garde chasseur.

«C’est inadmissible, si cet hippopotame a été abattu alors qu’il était coincé dans une fosse septique à Kédougou, ce sont alors des faits extrêmement graves qui méritent l’ouverture d’une enquête pour que les auteurs soient traqués », tonne la robe noire, dans L’AS. Et le tueur risque gros.

Selon Me Cissé, l’hippopotame est une espèce intégralement protégée au sens du code de la protection de la faune qui, en son article 27 in fine, prévoit des peines allant «de 1 à 5 ans contre quiconque abat volontairement des espèces intégralement protégées sans permis scientifique».

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.