Aliou à la DIC : "Il a juste bu du thé et regardé le match du Sénégal avec le procureur"

Le séjour carcéral de Guy Marius Sagna n’a en rien émoussé sa combativité. Face à la presse hier, le bouillant activiste a annoncé qu’il entend continuer le combat pour la transparence de la gestion des ressources naturelles et l’élargissement des libertés. Selon lui, sa liberté provisoire est «une bataille de gagnée mais la guerre est loin d’être finie, car Karim Wade a été emprisonné trois ans durant avant d’être exilé, Khalifa Sall a lui aussi été arrêté et est toujours en détention, idem pour Adama Gaye. N’eut été la mobilisation des Sénégalais d’ici et de la diaspora, j’aurai croupi pour longtemps encore en prison, c’est pourquoi je me réjouis de cette victoire».

Dans le même sillage, Guy Marius Sagna de relever que dans cette situation, sa personne importe peu, mais le fait est que «nous sommes tous en danger». Selon l’activiste, que ce soit les citoyens où qu’ils puissent se trouver, les journalistes, tout le monde est en danger aujourd’hui. Parce que ce qui lui est arrivé à tant d’autres et peut arriver à tout le monde et cela ne peut plus continuer, a tonné l’activiste. Pour lui, «il est inadmissible que l’on arrête une personne pour ensuite chercher un motif à lui coller, et si nous laissons faire, demain ce sera le tour d’un autre, ainsi de suite», averti l’activiste. «Cela, nous ne devons pas l’accepter, parce que les citoyens ont le droit d’avoir leur opinion et de l’exprimer librement, mais aussi, de se battre pour un autre Sénégal nouveau, une autre Afrique et un autre monde ; et c’est cela le sens de notre combat. Ce n’est pas ma personne qui importe, mais ce pourquoi nous nous sommes battus ces trente derniers jours : c’est la préservation des libertés et de la démocratie au Sénégal».

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.