adama barrow accusé de détournement

Porté en triomphe il y a trois ans, le président gambien est de plus en plus décrié dans les rues de Banjul. Il lui est reproché en effet de vouloir se dérober à l’engagement qu’il a pris avant de venir au pouvoir.

5 ans au lieu de 3 ?

En effet, Adama Barrow, principal challenger de Yahya Jammeh lors du scrutin de 2016, avait signé un mémorandum d’entente avec les formations politiques de l’opposition qui l’avaient soutenu. Selon le document, l’homme âgé de 54 ans devrait diriger le pays pendant trois afin d’organiser la transition.

Toujours selon l’entente, il devrait organiser à l’issu de ces trois années, une élection à laquelle il ne devrait prendre part. Mais l’actuel homme fort de Banjul n’entend pas quitter la présidence en 2020 comme le stipule l’accord signé avec les autres partis.

A l’approche de la date butoir, certains partis politiques membres de la coalition avaient finalement accepté qu’il fasse cinq ans au lieu des trois initialement prévues. L’approche n’a tout de même pas reçu l’adhésion de tous.

“Trois ans, trois ans!”

Aussi, des manifestations hostiles à Adama Barrow ont été organisées. Le lundi 16 décembre dernier, des milliers de Gambiens ont répondu à l’appel d’un mouvement de la société civile Operation Three Years Jotna. Ceux-ci demandaient à leur président de se conformer à l’engagement qu’il avait pris quelques années plutôt en organisant une nouvelle élection.

Les manifestants scandaient tous, « Trois ans, trois ans ! ».  Les leaders de ce mouvement lui ont adressé avant la manifestation un mémorandum pour lui rappeler les obligations liées à l’engagement qu’il avait pris. Ils ont par la suite confié à la presse leur détermination à faire respecter les écrits du document signé il y a trois ans.

Adama Barrow, pour sa part ne compte laisser le pouvoir qu’après des élections qui seront organisées en 2021 soit à la fin du mandat réglementaire. Rappelons que son prédécesseur avait passé 22 ans au pouvoir. Yaya Jammehest parti en exil après une intervention politico-militaire régionale.

Laisser un commentaire