barthélémy dIAS

Le maire de la commune de Mermoz-Sacré-Cœur, Barthélémy Dias, a donné les raisons pour lesquelles il n’a pas pris part au lancement du dialogue national, mardi dernier, au palais présidentiel. Pour lui, le dialogue en soi est une bonne chose, mais la démarche entreprise « n’est pas appropriée ».

« Nous sommes des hommes de dialogue, mais nous n’avons pas accepté les non-dits dans ce dialogue. Dans les cartons de convocation qui nous ont été envoyés par le ministre de l’Intérieur, il est dit de présenter les termes de référence dudit dialogue notamment en son volet lié aux élections, mais également de recueillir toutes propositions utiles », a-t-il dénoncé dans une vidéo rendue publique, ce vendredi. Dias ajoute : « Ce n’est pas dialoguer, mais plutôt informer. C’est pourquoi, nous avons décliné ce dialogue qui, à nos yeux, n’est pas fondé sur du sérieux. Pour qu’on puisse parler de dialogue national, il faut une démarche inclusive et participative ». Car, à l’en croire, on ne peut dire avoir des ressources naturelles et ne pas en discuter. «Lors de la fête du 1er mai, le Président Macky Sall a dit qu’il n’allait plus augmenter les salaires des fonctionnaires et pourtant le train de vie de l’Etat est maintenu, de même que celui de sa famille », fulmine Barthélémy Dias.

Le maire de Mermoz a tenu à faire savoir à Soham Wardini, Mamadou Diop Decroix et Cie que leur interlocuteur n’est pas un homme digne de confiance. Pis, il affirme que le locataire du Palais est un homme méchant et arrogant.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.