Côte d’Ivoire: Guillaume Soro soupçonné de «faux et usage de faux»

Une étude de la revue Diplomatie Internationale, dont The Next Media a annoncé que plusieurs comptes Twitter appartenant à des responsables politiques se distinguaient par une hausse artificielle de leur nombre d’abonnés. Parmi ces hommes, figurerait, Guillaume Soro, principal opposant à l’actuel président de la République Alassane Ouattara.

The Next Media a dénoncé plusieurs leaders politiques ivoiriens qui s’affranchiraient des règles en vigueur sur Twitter. Ces derniers se baseraient notamment sur une série d’outils incontestables tels que Twitter Audit, Sparktoro, Sprout Social ou encore Buzzsumo. Il ressort de l’analyse que plusieurs comptes Twitter appartenant à des responsables politiques se distinguaient par une hausse artificielle de leur nombre d’abonnés. Le cas palpant est celui du compte Twitter de Guillaume Soro, principal opposant à l’actuel président de la République Alassane Ouattara. Avec plus de 788 000 followers à son actif, il est en apparence selon Abidjanshow,  l’un des plus influents de la scène politique ivoirienne. « A titre de comparaison, avec 1,7 millions de followers et une notoriété qui dépasse largement les frontières de la Côte d’Ivoire, Didier Drogba ne possède qu’un peu plus du double d’abonnés » rapporte le média.

Ériger la chasse aux faux comptes

D’après l’étude de Diplomatie Internationale, relayée par abidjanshow, la communauté de l’ancien Premier ministre est constituée à 72 % de faux followers, soit près de 561 000 comptes totalement fictifs. « Ces abonnés fantômes, que n’importe quel internaute peut se procurer sur le Web, moyennant le versement de quelques centaines de dollars, permettent d’accroître (quantitativement) la communauté d’une personnalité ou d’une marque » explique la même source.

Il est à noter que depuis un an, Twitter a érigé la chasse aux faux comptes au rang de priorité stratégique.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.