Home A la une Côte d'Ivoire: Amnesty International réclame la libération de l'opposant Affi N'Guessan

Côte d’Ivoire: Amnesty International réclame la libération de l’opposant Affi N’Guessan

L’Ong Amnesty International n’est pas tendre avec le gouvernement ivoirien. L’institution a dénoncé de nombreuses irrégularités en Côte d’Ivoire avant de réclamer la libération sans condition de l’opposant Pascal Affi N’Guessan.

C’est un rapport qui n’enchanterait pas le gouvernement d’Alassane Ouattara. L’usage de machettes et d’armes à feu témoigne de l’horreur des violences post-électorales”, indique Amnesty International qui appelle les autorités de Côte d’Ivoire à enquêter sur l’homicide de dizaines de personnes, tuées à coups de fusils, de pistolets et de machettes, depuis l’élection présidentielle.

« C’est la deuxième fois en 10 ans que des élections en Côte d’Ivoire sont émaillées de violences. Il faut prendre sans délai des mesures afin de protéger la population et faire clairement savoir que ces meurtres ne resteront pas impunis. », ajoute l’organisation qui affirme que des dizaines de membres de partis de l’opposition ont été interpellés, dont le leader Pascal Affi N’Guessan, arrêté dans la nuit du 6 au 7 novembre et tenu au secret.

30 chefs d’accusation

Pascal Affi N’Guessan a affirmé qu’il n’avait pas vu la lumière du jour pendant 60 heures, rappelle Amnesty International. Selon l’ONG, il est visé par 30 chefs d’accusation, notamment « attaque et complot contre l’autorité de l’État, assassinat et actes de terrorisme ». Son avocat n’a réussi à le voir que lors de sa comparution devant le juge le 9 novembre. Depuis, ni son avocat ni sa famille n’a pu entrer en contact avec lui. Il est pour l’instant impossible de confirmer le lieu où se trouve Pascal Affi N’Guessan. Les autorités doivent lui permettre de communiquer avec son avocat.

« Elles doivent libérer immédiatement Pascal Affi N’Guessan et toutes les personnes détenues uniquement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. Enfin, elles doivent s’engager à créer un espace où les citoyen·ne·s peuvent exprimer librement leurs opinions et manifester pacifiquement, sans crainte d’être arrêtés, agressés ou tués. », a déclaré Amnesty International qui estime qu’entre le 31 octobre et le 10 novembre, le bilan des violences électorales s’élève à 55 morts et 282 blessés.

Most Popular

Ligue des Champions: Les compos probables entre Dynamo Kiev-Barça

La Ligue des Champions reprend ses droits ce mardi et le Barça va se déplacer en Ukraine pour affronter le Dynamo Kiev. Une rencontre...

La nouvelle prédiction de Bill Gates concernant l’après covid-19

La pandémie du coronavirus a eu un grand impact sur le marche du monde. Depuis le mois de mars dernier, le virus a imposé...

Abdoul Mbaye: « Macky Sall cherche à partager la responsabilité de ses échecs économiques… »

Abdoul Mbaye s'est forgé une place de choix sur le champ politique. Il est devenu l'un des farouche opposant de Macky Sall. D'ailleurs, l'ancien...

Maladie mystérieuse: Le rapport des chercheurs dévoilé !

On en sait un peu plus sur la maladie mystérieuse chez les pêcheurs sénégalais, du Centre régional de recherches en écotoxicologue et sécurité environnementale. Dans...