Boris Johnson est toujours en soins intensifs ce mardi matin. Au Royaume-Uni, l’inquiétude grandit alors que le Premier ministre serait toujours conscient…

 Le Premier ministre britannique Boris Johnson, a été transféré en soins intensifs ce lundi 6 avril 2020, dans la soirée, dans un hôpital de Londres où il avait été admis dimanche soir. Ce mardi matin, c’est l’inquiétude qui domine outre-Manche sur son état de santé. Des milliers de personnes ont tweeté leur soutien au chef du gouvernement conservateur, apôtre du Brexit, en utilisant le hashtag #PrayForBoris alors que ce dernier lutte désormais contre le virus mortel à l’hôpital St Thomas, au sud de la capitale. « Accrochez-vous Boris. Vos amis, votre famille, vos collègues et votre pays ont désespérément besoin de vous », « Monsieur Johnson, maintenant – plus que jamais – votre pays a besoin de vous », pouvait-on lire dans certains commentaires ce matin. D’autres utilisaient un ton plus familier ou n’hésitaient pas à faire part de leur « cœur brisé » à l’annonce de la nouvelle.

Alors que Boris Johnson est très critiqué depuis son arrivée au 10 Downing Street par une partie des Britanniques, certains commentaires ont exhorté les opposants à mettre de côté leurs opinions politiques tout en souhaitant au Premier ministre un prompt rétablissement. L’opposition a d’ailleurs immédiatement apporté son soutien à Boris Johnson : « Tout le pays est en pensée avec le premier ministre et sa famille en ces temps incroyablement difficiles », a déclaré Keir Starmer, le nouveau dirigeant du Parti travailliste. Le hashtag #PrayForBoris avait été partagé plus de 20 000 fois ce matin.
L’aggravation de l’état de santé de Boris Johnson a aussi fait réagir les grands dirigeants de la planète. « Tous les Américains prient pour son rétablissement », a déclaré Donald Trump. « Lorsque vous êtes placé en soins intensifs, c’est très, très grave avec cette maladie », a ajouté le président des Etats-Unis assurant avoir demandé à quatre groupes pharmaceutiques américains de se rapprocher des médecins chargés de suivre l’état de santé du Premier ministre britannique à Londres.

Laisser un commentaire