Le président nigérian, Muhammadu Buhari, s’est prononcé plus amplement sur la décision des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) d’adopter une nouvelle monnaie, Eco, pour remplacer le CFA, et a exprimé toute sa déception et sa préoccupation, rapporte Ripples Nigeria.

Dans son développement sur la question du remplacement du CFA par l’Eco, prévu par les pays de l’UEMOA, Buhari a indiqué que cela pourrait gravement entraver le projet d’une monnaie unique dans la région de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Pour lui, cette décision ne donnerait du bon pour la communauté que si les pays membres respectaient les modalités convenues pour atteindre l’objectif commun. «Cela me donne un sentiment de malaise que la zone UEMOA souhaite désormais reprendre l’Eco en remplacement de son franc CFA avant les autres Etats membres », a indiqué Buhari, lors d’une réunion extraordinaire virtuelle de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la zone monétaire ouest-africaine.

«Je suis informé que les ministres français ont approuvé un projet de loi pour réformer le franc CFA et la plupart, sinon tous les États membres de l’UEMOA, ont déjà adopté des lois dans leurs différents parlements à cet effet», a ajouté Buhari. Le président a déclaré qu’il était préoccupant que les personnes avec lesquelles le pays avait l’intention d’adhérer à un syndicat prennent des mesures importantes sans au préalable en discuter avec les autres. Il a donc appelé à la prudence et a souligné l’impératif de se conformer au processus convenu pour atteindre l’objectif commun, tout en se traitant mutuellement avec le plus grand respect.

La France avait convenu, le 20 mai, de mettre fin à son engagement à arrimer le franc CFA d’Afrique de l’ouest, ce qui signifie que les pays d’accord n’auront plus à déposer la moitié de leurs réserves de change auprès de la France. Par conséquent, les pays francophones ont décidé d’adopter, à la place, la nouvelle éco-monnaie. Une devise qu’à la base, les pays de la CEDEAO avaient décidé d’adopter en commun. Si les pays de l’UEMOA adoptent la monnaie sans observer les réformes prévues avec leurs voisins sous-régionaux, cela revient simplement à un changement de nom du CFA et donc un véritable frein pour la monnaie unique de la CEDEAO.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.