bouteflika quitte le pouvoir

Après 20 ans de pouvoir , le dirigeant algérien, Abdelaziz Bouteflika, a quitté le club des leaders africains. Il est révélateur que les dirigeants africains ne veulent jamais quitter leurs postes. Ils ont une compréhension dogmatique du leadership.

Les dirigeants africains pensent que le pouvoir est un tabouret familial et qu’il est un totem de clan. C’est une triste réalité qui envahit le continent africain. Récemment, beaucoup de ces dirigeants sont partis en raison de soulèvements tels que le Printemps arabe qui a renvoyé Ben Ali de Tunisie, ou le soulèvement de soldats qui a renvoyé Robert Mugabe. Après le départ de Bouteflika, propulsé également par l’armée, le club des anciens garçons se réduirait à trois dirigeants importants :  le président Nguema de  la Guinée équatoriale, Paul Biya du Cameroun et Museveni en Ouganda. Récemment, Bobi Wine a tenté de libérer l’Ouganda, mais c’était un défi de taille.

Le militarisme

Toute la longévité des dirigeants africains n’a jamais été la volonté du peuple. C’était la volonté de l’armée. Quand les militaires sont fatigués, ils vous chassent. Cela choque les gens qui n’ont pas leur mot à dire. Cela s’est étendu à l’Algérie, mais l’armée voulait toujours Bouteflika et il est resté. Lorsque l’armée dirigée par Constantine Chiwenga au Zimbabwe a pris parti pour Emerson Mnangagwa «le crocodile»,  dans son combat avec Mme Grace Mugabe, M. Mugabe a dû partir.

Il avait dit qu’il mourrait au pouvoir. Il est choquant que nous attendions toujours la véritable révolution populaire en Afrique. Tout ce qui a pu être vu, c’est la révolution militaire et elle choque un groupe de moins de 10% de la population qui contrôle le pays. En Algérie, la protestation populaire ne s’est pas déplacée. Bouteflika, c’est lorsque le chef de l’armée Ahmed Gaid Salah et le chef du parti au pouvoir, ont appelé à sa démission qu’il s’y est conformé. Les militaires algériens l’avaient utilisé et ils étaient fatigués; il était fragile et avait subi un accident vasculaire cérébral. Il est donc clair, selon Rufai Oseni de This Day, que tant que le militarisme existe, l’Algérie ne peut être libre.

«Le pouvoir est doux»

Le mieux est de faire de petites concessions au peuple. Au Nigeria, c’est pareil. Depuis que l’armée a brisé le cycle de la démocratie avec le premier coup d’État, ils sont là; ils veulent garder le pouvoir. En effet, «le pouvoir est doux».  Comme Godfrey Binaisa, ancien président de l’Ouganda après idi Amin, le «siège est doux». Malgré la douceur du pouvoir, il ne peut pas être aussi doux que la meilleure condition de vie du peuple. Cela a toujours échappé aux Africains et continuera d’éluder les Africains à moins qu’ils ne le changent. Le peuple algérien doit donc rechercher la vraie liberté et le vrai pouvoir qui appartient au peuple. Bouteflika s’en va mais le système risque de continuer si le peuple ne reste pas vigilent et ne réclame pas son véritable pouvoir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.