A seulement 24 ans, Aya Nakamura n’est plus une artiste que l’on doit présenter. Celle qui a cartonné avec son single Djaja, continue son chemin. La jeune femme parvient à faire danser les foules avec des sons efficaces comme Copines ou encore Pookie. Mais le succès vient aussi avec son lot d’inconvénients comme le fait de ne plus pouvoir se balader incognito dans la rue.

Et cela devient très vite pénible quand on est la maman d’une petite fille de 3 ans que l’on souhaite préserver. Elle a ainsi expliqué à Grazia : « Je dois faire gaffe à ma vie privée. Je fais très attention à ne pas montrer le visage de ma fille. Elle n’a rien demandé, je dois la préserver. »

Elle a affirmé que « sortir est devenu difficile. »

Aya Nakamura n’a plus de vie privée

La célèbre interprète a ajouté : « Être reconnue dans la rue, c’est parfois oppressant, même s’il y a beaucoup d’amour chez les gens qui viennent me voir. Je m’aperçois que je n’ai plus de vie privée en dehors de mon appartement. Je ne peux plus me balader au parc avec ma fille, ce qui est un gros problème. »

Elle en a profité pour accompagner ses propos d’un exemple de sortie au supermarché qui ne s’est pas très bien passée. « Une caissière me reconnaît. Elle me demande si c’est bien moi, je dis oui doucement. Immédiatement, elle appelle ses collègues et rameute tout le magasin […] Ça me met mal à l’aise. La situation aurait pu être réglée en un clin d’œil, un sourire, en toute discrétion, mais ça arrive de moins en moins.« 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.