Depuis, le meurtre de Bineta Camara, la question de la peine de mort est au centre de tous les débats. Mais, le président du comité sénégalais des droits de l’homme, Alioune Tine considère d’emblée que cette mesure n’est pas en mesure de régler le problème.

«La peine de mort, c’est répondre à un crime par un autre crime. Et ce n’est pas efficace, parce que les pays qui appliquaient la peine de mort, avec une certaine cruauté, en coupant la tête des personnes, ont arrêté d’appliquer cette mesure. Aujourd’hui, pratiquement, tous les pays de l’Afrique francophone sont en train d’abolir la peine de mort.(…) Parce que cette peine de mort n’est pas dissuasive. Elle est cruelle, inhumaine, dégradante, barbare. Ce n’est même pas dans notre culture. Il faut ouvrir des enquêtes et réprimer sévèrement, non seulement les viols suivis de crimes, mais les viols tout court et ne pas les banaliser, parce que les violences faites aux femmes, ce sont des crimes qu’il faut sévèrement réprimer »

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.