le peuple algérien toujours dans la rue

Ce 19 avril, l’Algérie connaît son 9e vendredi consécutif de mobilisation. Les manifestants restent très hostiles aux propositions du pouvoir. Certains préparaient déjà cet « acte 9 » dans la soirée du 18 avril à Alger.

Le gouvernement tente malgré tout de répondre aux protestations. Tayeb Belaiz, le président du Conseil constitutionnel, a démissionné mercredi 17 avril. Dans un discours prononcé plus tôt, le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah a répété qu’il protégerait les manifestants de toute violence, soulignant les désaccords entre l’armée et les forces de l’ordre. Le président par intérim Abdelkader Bensalah n’a quant à lui rien cédé, il a annoncé des consultations politiques afin de mettre en place une commission de surveillance des élections.

La date de l’élection présidentielle algérienne a été fixée au 4 juillet 2019. Les candidats ont jusqu’au 19 mai pour déposer leur dossier. Pour l’heure une seule personne a fait savoir son intention de se présenter : l’ancien général Ali Ghediri. Mais l’ampleur du mouvement de contestation pourrait remettre en cause le calendrier fixé par le pouvoir politique, illégitime aux yeux de beaucoup d’Algériens.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.