Accueil / Economie / Coupe abusive de bois en Casamance: La Gambie la source du mal ?

Coupe abusive de bois en Casamance: La Gambie la source du mal ?

A Sédhiou le trafic à outrance de bois profite plus à la Gambie qu’au Sénégal. C’est un constat également dans cette zone sud du Sénégal, où des multinationales chinoises et indiennes basées dans ce pays frontaliers seraient la source de l’accentuation du phénomène de la coupe abusive de bois.

Dans la régions de Sédhiou, plus particulièrement dans le département de Bounkiling, l’ampleur du trafic de bois, loin de se tasser, gagne du terrain de plus en plus, avec des complicités jusque chez les techniciens censés protégés les massifs forestiers, a informé Moussa Dramé, journaliste d’investigation par ailleurs correspondant régional de la radio Sud Fm.

«Nous avons pu dénoncer un certain nombre de pratiques notamment de corruption de complicité des agents techniques des eaux et forêts. Mais il y a également des chefs de village des maires. Dans le Kandjon, vous avez vu ce qui s’était passé. Il y a de cela 5 ans, autant de choses qui étaient là et qui forment un cocktail qui a explosé en réalité».

        La Gambie, principale bénéficiaire.

Il poursuit pour expliquer que la Gambie serait le principal pays à bénéficier de ce trafic via des entreprises chinoises et indiennes. «C’est un phénomène qui profite à beaucoup d’acteurs, des multinationales basés en Gambie. Nous avons vu avec une plaque tournante au niveau de Bourene, un site qui se trouve en Gambie. C’est fructueux. Il y a des devises. Des Indiens basés en Gambie et qui donc introduisent de l’argent via des populations locales», affirme-t-il.

Pour Moussa Dramé, le système de quota contribuerait également à accentuer le trafic avec des quantités qui ne sont pas respectées. A Sédhiou sur toute la façade nord, frontalière à la Gambie, long de plus de 80 km, la coupe abusive se poursuit avec de plus en plus de bandes organisées qui n’hésitent pas à user de la violence pour protéger leur commerce.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*