Accueil / Santé / Rupture du vaccin contre la Tétanos dans nos structures sanitaires

Rupture du vaccin contre la Tétanos dans nos structures sanitaires

Le vaccin contre le Tétanos est en rupture dans les structures sanitaires du pays. Le syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale se désole d’une telle situation. Ainsi, MBallo Dia Thiam invite le gouvernement a procédé au contrôle des stocks aussi bien dans le privé que dans le public.

“ Nous avons appris cette rupture de vaccin antitétanique, qui est donc un fait sans conséquence parce que le tétanos est une maladie infectieuse grave, qu’on est parvenu à presque annihiler parce que, c’est un Tétanos, mais  on l’appelle, le Tétanos des enfants. C’est ça qui à valu un programme élargie de vaccination pour faire les bouchés doubles, pour que le VAP soit inclut dans la gamme de vaccin à la direction des femmes, donc pour les femmes et pour les enfants.”

Il poursuit, «  dans le public nous avons constaté qu’il y a un approvisionnement assez correcte de ce vaccin, bien que parfois il y a des difficultés de financement de ces vaccins- là. Parce que, souvent le trésor public ne réagit pas à temps et ça aussi pose souvent des désagréments. Nous sommes dans un service public où la santé publique a été décrié par le public et le privé, ça veut dire que nous ne pouvons pas comprendre, que le privé n’ait pas un traitement de faveur pour pouvoir disposer régulièrement de ces vaccins parce que, soit on se soigne dans le public soit dans le privé. Mais dans tous les cas autant dans les privés que dans les publics les profits doivent être faits de telle sorte que tous les parties puissent disposer de stock assez régulier et la aussi à l’endroit du privé aussi, il faut que les informations du privé parviennent au public. Quelque part, les stock peuvent être maîtrisés dans le public, on peut  avoir un aussi un mode qui permet de contrôler les stocks du privé afin d’anticiper sur d’éventuelles ruptures », soutient le secrétaire général du Sutsas. cependant il termine pour lancer un lancer un appel aux autorités. « Le Ministère de la Santé et le Gouvernement sont interpellés dans cet affaire ».

Un commentaire

  1. J’ai vriament pitié de Mballo. Tu étales tes graves lacunes dans un domaine que tu ne maitrises pas doyen. Nous avons des jeunes qui s’occupent de ça tous les jours, laisse les parler doyen. Rousseul sa boppa.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.