Accueil / Politique / Procès Khalifa Sall: le maire de Dakar clame son innocence et mouille Macky Sall

Procès Khalifa Sall: le maire de Dakar clame son innocence et mouille Macky Sall

Le procès du maire de Dakar se poursuit. A la barre Khalifa Sall clame encore son innocence et accuse le président Macky Sall. Selon lui, le chef de l’Etat aurait bénéficié de la caisse d’avance. Hier, le maire a refusé de départager le percepteur et le directeur administratif et financier en donnant son opinion sur le fait de savoir s’il s’agit d’une caisse d’avance ou de fond politique. Ce dernier préfère se suicider que d’arbitrer entre ses deux collaborateurs.

A la barre, Khalifa Sall n’a pas fait dans les détails. D’emblée, il a nié tout en bloc tous les faits qui lui sont reprochés. Devant le juge, il dit «je n’ai jamais fait de faux, m’accuser de la sorte me fait de la peine et je suis un homme meurtri. La caisse d’avance dont on parle n’en est pas une. Ce sont des fonds politiques et ils sont une histoire. Il remonte avant l’indépendance en suite sous Senghor c’était pour aider les élites africaines dans leur lutte de libération. Aujourd’hui l’esprit n’a pas changé; les fonds ont servi aux dakarois, les cérémonies religieuses, l’université, les fêtes d’indépendance entre autres. Beaucoup de personnalités en ont bénéficié aussi, un fils d’un magistrat malade, même Macky Sall en a fait la sollicitation en 2012», affirme Khalifa Sall.

Mais cette ligne de défense est quelque peu éclaboussé par le Daf Mbaye Touré et le percepteur receveur Mamadou Bocoum. Les deux prévenus n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la destination de ses fonds décaissés. Quant à Mbaye Toure, il affirme que le percepteur savait belle et bien à qui l’argent est destiné et quelques fois même Bocoum remettait les sommes au maire. A son tour, le percepteur conteste. Il affirme n’avoir jamais remis des fonds au maire mais toujours à Mbaye Touré. Par ailleurs, le comptable souligne qu’il ne s’est jamais intéressé, ni à l’opportunité des dépenses ni à leur effectivité. Ce que confirme l’actuel percepteur de la mairie Ibrahima Touré entendu lui aussi dans le cadre de cette affaire. Ce dernier affirme avoir toujours payé une caisse d’avance et non des fonds politiques.

Invité à donner son avis sur les contradictions manifestes à la barre, Khalifa Sall de lâcher «Je suis meurtri Mr le président. Ces jeunes gens étaient tous ensemble dans mon bureau. Je ne vois pas pourquoi il ne dit pas la vérité. Je préfère me suicider plutôt que d’arbitrer pour eux.», soutient Khalifa Sall.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*