Accueil / Santé / Prendre des médicaments sans l’avis d’un expert, un danger pour la santé
des médicaments sans prescription du medecin

Prendre des médicaments sans l’avis d’un expert, un danger pour la santé

Nombreux sont les gens aujourd’hui qui prennent des médicaments sans prescriptions et sans au préalable demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien, ignorant les risques qu’ils encourent.

En effet, certains médicaments peuvent être administrés sans ordonnance et ne nécessitent pas forcément l’avis d’un médecin ou d’un spécialiste en la matière. Il s’agit des médicaments comme l’aspirine, le doliprane ou encore le paracétamol. Ces médicaments sont utilisés pour faire baisser la fièvre ou soulager la douleur, il y a dans ce lot, les médicaments utilisés pour soigner le rhume.

Ce genre de médicaments, on les trouve presque dans toutes les pharmacies-maisons, mais leur abus est dangereux pour la santé. L’auto-médication est utilisée en cas de maladies légères comme les maux de tête, de rhume ou de fièvre. Mais si ça persiste au bout de trois jours, il est nécessaire de se rendre à l’hôpital pour des soins plus intense. L’auto médication présente des risques pour la santé de l’individu.

Une liste noire des médicaments vendus sans ordonnances a été révélée. Parmi ces médicaments, les 28 les plus populaires sont à proscrire, révèle une étude. D’après un sondage fait par le groupe de communication media prisme, 60 millions de consommateurs se soignent sans ordonnance.

L’auto- médication est pratiquée partout dans le monde et pourtant beaucoup ignorent le danger et le risque qu’ils en courent, à cause de leurs effets indésirables et des contres indications par rapport à leur efficacité sur les maux passagers.

Dans une étude menée en 2014 dans une université au Congo, la prévalence était de 99%. Pour justifier ces risques que prennent la majorité des consommateurs, il est cité, la commodité liée à l’accès au médecin, le coût, le temps, le rapport médecin- malade, ainsi que l’accès aisé aux médicaments. Cela étant dit, les pharmaciens doivent de leur côté éviter de vendre les médicaments comme s’ils étaient dans une boutique alimentaire.

Bien qu’au Sénégal l’Etat a pris les dispositions avec le Ministère de la Santé d’approvisionner les postes de santé en quantité suffisante de médicament avec le plan « YEKK SINA» et avec la couverture maladie universelle « CMU » qui prend en charge les enfants et le plan « SESAM » qui, lui concerne le troisième âge, afin d’améliorer et de diminuer cette pratique, les populations continuent toujours de s’auto-médicaliser. Les médicaments vendus dans la rue ne sont pas plus dangereux que les médicaments prises sans ordonnances dans les pharmacies, si jamais on ne respecte pas la dose prescrite. La santé vaut de l’or.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.