Accueil / Economie / Pourquoi faut maintenir le Fcfa : (Par Idrissa Seck)
Idrissa Seck sur le Fcfa

Pourquoi faut maintenir le Fcfa : (Par Idrissa Seck)

Depuis quelque temps, des activistes se radicalisent contre le Fcfa. Ces derniers dont le plus en vue est Kémi Séba, considèrent cette monnaie comme la monnaie de la servitude. Mais Idrissa Seck, le leader de Rewmi, loin de l’euphorie qu’a suscité ce débat, explique dans des termes clairs les avantages du Fcfa avant de déterminer ce qui doit être amélioré dans le cadre de la collaboration avec la France par rapport à cette monnaie.

Interrogé sur la question dans un entretien avec la Rfm, Idrissa Seck déroule : « On doit être prudent par rapport au FCfa. D’abord, en ce qui concerne la monnaie, on ne doit pas faire beaucoup de bruit. Puisque les opérateurs économiques anticipent sur les risques que court une monnaie. Alors, ceux qui en parlent doivent savoir de quoi ils parlent.

Le système du Fcfa n’est pas mauvais. Même si, de la communauté française, elle est passée à la Communauté Financière africaine. Mais ce n’est pas mauvais, ça nous garantit vis-à-vis du Nigéria, vis-à-vis du Ghana etc. Si on prend le rapport de la Banque Centrale (BCEAO), on saura nettement que nous qui avons le Fcfa, avons un gros avantage.

Par contre, ce que je ne partage pas, c’est d’abord le fait que les français soient membres du conseil d’administration. Lors des indépendances, on aurait pu le comprendre du fait qu’il n’y avait pas assez de cadres dans nos Etats. Mais actuellement, ce n’est plus le cas. Maintenant, il est temps de les écarter du conseil d’administration de la Banque centrale et se limiter à les rémunérer à hauteur de leur 20%. Ensuite, la parité fixe n’est pas bonne. Puisque c’est dans le cadre de la parité flexible qu’on peut avoir une politique monétaire. Ainsi, on pourra gérer l’inflation, la balance commerciale et la balance de paiement.

Actuellement, ce qu’on a de liquidité en stock s’élève à quatre mois et demi d’importation. C’est ça qui doit être réglé avec responsabilité dans le cadre d’une coopération gagnant-gagnant. »

Un commentaire

  1. Idy a vraiment le courage de ses idées. Et des idées, il n’en manque pas. C’est lui l’homme idéal pour le Sénégal.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*