Accueil / Economie / Baba Ndiaye chef du bureau des prix de l’ANSD: « L’inflation est maîtrisée au Sénégal »

Baba Ndiaye chef du bureau des prix de l’ANSD: « L’inflation est maîtrisée au Sénégal »

En ce début de l’année 2018, l’Agence Nationale Sénégalaise des Statistiques et de la démographie, a sorti sa note sur l’inflation. Ainsi, selon Baba Ndiaye chef du bureau des prix de l’ANSD, « L’inflation est maîtrisée au Sénégal« .

“ Les prix à la consommation ont augmenté de 1,3 % en 2017, une hausse en accord avec les critères de l’UEMOA”.  Explique Baba Ndiaye. Selon lui, l’inflation est donc maîtrisée. Ainsi, il explique: “Pour l’année 2017, on peut dire que l’inflation est tirée par les produits alimentaires. Nous avons également les produits de l’enseignement, les loisirs et cultures, il y a également les restaurants et hôtels, qui ont progressé. Donc, ce sont les trois fonctions qui ont le plus tiré l’inflation en 2017. Il y a une hausse des prix maisc’est pas alarmant.

En 2008, les prix arrivés d’un niveau record avaient jeté des populations dans les rue de Dakar. Les indicateurs sont aujourd’hui bien meilleurs, mais les habitants de la capitale Sénégalaise se plaignent toujours de la cherté des produits de premières nécessités.

Pour Baba Ndiaye, “On ne peut pas concevoir qu’ étant un pays pauvre, certaines denrées soient excessivement chères et que les salaires de base minimum soient tellement bas. Donc, les gens ont du mal à joindre les deux bouts. On fait des petits trucs par- ci, par- là. Dès fois, on est obligé de faire trois jobs à la fois.” Déclare-t-il.

“ L’huile, le sucre, le gaz qu’on utilise, tout est cher! Il n’y a pas la qualité et on ne peut pas se payer le luxe d’aller acheter de la bonne qualité dans les supermarchés ou quelques choses comme ça, mais on y peut rien, on survit” ajoute un autre.

Le chômage et les salaires souvent très bas empêchent la moindre épargne et condamnent les Dakarois à consommer des plats à la qualité nutritif peu élevé, à réduire le nombre de plats quotidiens, à vivre dans des chambres surpeuplées.

Momar Ndao, le Président de l’ASCOSEN, l’une des Association de Consommateurs qui avait mené les contestations contre la vie chère en 2008, s’est prononcé lui aussi. Il soutient que “Le loyer moyen à Dakar, c’est à partir de 99 mille francs CFA, voir 100 mille francs, c’est vraiment élevé. Combien de gens ont un revenus égaux à 100 mille ou des revenus qui les permettent de faire face à un loyer de 100 mille ? Donc la situation est assez difficile, parce que les revenus sont extrêmement faibles par rapport au coût de la vie, particulièrement à Dakar.” Soutient Momar Ndao.

Les mesures prises par le Gouvernement Sénégalaise par exemple, la baisse des prix du loyer n’ont pas changé significativement la donne, les Sénégalais ont toujours des pouvoirs d’achat extrêmement faibles. Et nombreux d’entre eux continuent de devoir leur survie au boutiquier qui accepte de faire des crédits ou à la générosité d’un proche mieux lotis.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.