Accueil / Economie / Lac rose : Les pêcheurs de sel ou l’entreprise des « badolaà »
Lac rose

Lac rose : Les pêcheurs de sel ou l’entreprise des « badolaà »

Une visite sur les lieux de ce patrimoine naturel devenu un endroit d’attraction pour les touristes et même pour les sénégalais qui viennent découvrir ce bijou naturel, s’est imposé à nous.
Nous sommes allés à la rencontre des pêcheurs qui nous ont fait le récit de leur travail au quotidien, un dur labeur...

Le Lac Rose se situe sur le territoire de Sangalkam. Il est habité par ceux qu’on appelle les « pécheurs » du sel. Un groupe d’indomptables, qui ont recours à un travail artisanal très dur refusant catégoriquement l’implication de l’état ou des autres bailleurs de fonds, dans l’exercice de leur métier séculaire.  Ils craignent une intrusion abusive pouvant leur porter préjudice et ainsi risquer de décimer l’ardeur des troupes dans l’exercice du métier qu’ils pratiquent depuis des décennies.

Le lac est géré par les cinq villages environnants et seuls les commerçants payent des taxes à la communauté villageoise qui gère unes caisse de solidarité pour les villageois.

Le lac qui fait 3 mètres de profondeur et il y a plus de 3000 individus qui y travaillent. Ils sont composés d’une majorité d’hommes utilisant des barques comme outil de travail, mais les femmes ont été les premières à découvrir l’exploitation du sel.  Elles utilisaient une vingtaine de bassines attachées à une corde de 10 à 20 m. Par la suite, on s’est rendu compte que les eaux salées dans lesquelles elles passaient leur journée de travail, étaient à l’origine de beaucoup de problèmes d’avortement chez les femmes enceintes. C’est ainsi qu’elles furent interdites d’aller chercher du sel. Elles se cantonnent aujourd’hui, à un travail de manutention, déchargeant les barques, grâce à des bassines pouvant peser de 30 kilos qu’elles portent sur la tête. Elles sont payées par rapport à la distance à des prix qui varient de 2500 à 3000f pour un parcours de 20 à 25 mn.

Notons au passage que pour remplier une barque de sel, qui pèse souvent plus d’une tonne, cela nécessite 7h de temps dans l’eau.

Le lac est alimenté par la mer ! Il y a une lagune au-delà des dunes, séparant le lac et la mer. À cet endroit l’eau filtrée par les dunes de sable, coule à flots pour alimenter le lac... Par conséquent, l’eau qui arrive dans le lac est une eau douce.

Il est possible de se baigner dans le lac. On dit même que la baignade dans le lac semble, soigner le rhumatisme et les piqûres de moustique sur le corps. Cela purifie le corps et on a pas besoin de savoir nager dans le lac on y flotte très légèrement.

La pêche au sel, se fait de manière très traditionnelle. avant d’entrer dans l’eau, les pêcheurs s’enduisent le corps de beurre de karité, du cou jusqu’au pied.

Ils doivent enfiler également d’épaisses chaussettes ou des bas pour éviter des déchirures par les cristaux de sel….

Une fois à l’intérieur du lac, ils descendent de la barque. En ce moment, l’eau peut leur monter jusqu’aux épaules. Ils vont utiliser ensuite, un outil pour creuser et briser le sel, avant de prendre une pelle pour racler le sel et le passer au tamis attaché à une corde qu’on accroche au cou.
Une fois le tamis bien rempli, ils tirent la corde en hauteur, rincent le sel qu' ils mettent dans la barque.

Un travail purement artisanal !

Ndeye rokheya thiane

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Coopération sino-sénégalaise : L’ambassadeur de la Chine prie pour sa pérennisation

Membre du cercle des Brics, la Chine est un partenaire de développement ...