Accueil / Economie / Marche de la CNTS: La place de l’Obélisque va grouiller de monde

Marche de la CNTS: La place de l’Obélisque va grouiller de monde

La CNTS appelle à une marche cet après -midi pour dénoncer la précarité de l’emploi et les difficiles conditions de travail dans certaines entreprises au Sénégal. Les travailleurs rencontrés à Dakar ce matin sont en phase avec la CNTS, certains comptent même faire le déplacement à la place de l’Obélisque.

“Regardez, les conditions dans lesquelles on travaille, c’est difficile tu vas balayer et après une tierce personne vient y jeter des ordures” déclare Balla, un éboueur.  Pas de masques, pas de gants, des chaussures inadaptés, Balla et ses collègues ramassent malgré tout l’énorme tas de déchets déversé en face du building communal. Cela fait tellement longtemps qu’il exerce ce métier qu’il en perd ses repères. Néanmoins,  cet éboueur n’a rien oublié de sa situation précaire. “ Je pense que chaque travailleur souhaite qu’on lui augmente son salaire, avec Moussa Tine, c’était mieux pour nous” Déclare Balla. Cet après midi, Balla sera bien au rendez- vous de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS).

Mais pour Gallas Niang, chauffeur contractuel au Ministère de la Santé ça ne sera pas le cas, parce qu’il lui sera difficile de faire le déplacement. Mais, il est de tout cœur avec les syndicalistes, car depuis 9 ans, sa situation professionnelle et financière ne s’est pas améliorée.

 “ Au Sénégal, le pouvoir d’achat est tellement cher; tout à changé. Si tu as des enfants qui vont à l’école en plus du manger, des besoins et le loyer, avec un petit salaire ça ne fera pas l’affaire. Déjà, on est confronté à ce problème et en plus, nous sommes des contractuels, donc nous ne sommes pas des fonctionnaires, nous ne pouvons pas avoir de prêt pour faire autre chose.” Souligne Gallas.

Ce que comprend bien El hadji Sarré, marchand ambulant qui constate que le pouvoir d’achat des Sénégalais, à beaucoup régressé, son commerce s’en fait d’ailleurs ressentir. “ Je suis parfaitement d’accord avec eux parce que, si vous avez un salaire vraiment qui est trop petit, dans la vie- là, avec tout ces dépenses, c’est trop cher donc il faut les aider quand même pour que l’Etat puisse les entendre” Souligne El hadji.

La CNTS ne sera certainement pas seul aujourd’hui à la place de l’Obélisque. Beaucoup de travailleurs se sentent concernés par ces revendications.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.