Accueil / Economie / La Banque mondial finance le projet de l’OMVG

La Banque mondial finance le projet de l’OMVG

El Hadj Lansana Fofana, Haut-Commissaire de l’Organisation pour la Mise en marche du Fleuve Gambien a révélé hier lors de la 44esession ordinaire du Conseil des Ministres de l’OMVG, qui s’est tenu à Dakar, que la Banque mondiale envisage de donner une somme de 200 milliards pour le financement de ce projet, OMVG.

Cette somme dégagée par la banque mondiale sera répartie entre les pays membre notamment la Gambie, le Sénégal, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. De ce fait, chacun de ces pays cités, recevra 55 milliards des 200 milliards donnés par la banque mondiale. « La banque mondiale compte tenue de l’importance du projet énergie de cette interconnexion, a décidé de de mettre 400 milliards de dollars pour appuyer les infrastructures de l’organisation dont 100 millions de dollars par pays pour l’électrification des villages et hameaux » Déclare le haut-commissaire Lansana Fofana.

Une accélération des travaux de l’interconnexion est en vue pour 2018. Au fait, l’organisation fête ses 40 années d’existence en 2018. Une année particulière pour l’organisation qui verra par le billet de la certification un développement notoire de son énergie. Selon Bacar Barros Bandjai, les travaux sur l’interconnexion devraient avoir un impact positif sur la lutte contre l’immigration clandestine. « On a déjà donné une enveloppe d’un million pour les termes de références. Les travaux vont débuter parallèlement à l’interconnexion, ce qui permettra de lutter contre l’émigration clandestine. » Déclare Bacar Bandjai.

D’après lui, on a plus besoin d’expliquer l’importance du projet énergie, puisque 80% des maux concernant nos Etats sont basés sur le manque d’énergie et à l’accès à l’eau potable. Cependant les chefs d’Etats de l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie ont décidé d’une restructuration pour la relance du projet énergie afin de satisfaire les populations. Les travaux de l’interconnexion sont prévus pour 18 mois. Plus de 64% des équipements pour le démarrage des travaux sont stockés à Kaolack. Le ministre de l’hydraulique, Mansour Faye a milité pour une aide financière importante des pays membres de l’OMVG ainsi que des partenaires.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.