Accueil / International / Journée internationale des enfant-soldats: La violation des droits des enfants mise à nu.

Journée internationale des enfant-soldats: La violation des droits des enfants mise à nu.

Ce 12 février marque la journée internationale des enfants soldats notamment en Afrique. Les enfant-soldats, ces bouts de bois de Dieu sont le plus souvent en première ligne durant les conflits enrôlés par les groupes armés, milices ou groupes djihadistes. Des milliers d’enfants dans le monde et notamment en Afrique exécutent les sales opérations. 

En ce jour, l’attention est tournée vers plus de 250 mille enfants dans le monde qui sont encore impliqués de manière directe ou indirecte dans les conflits armées. Actuellement, de nombreux enfants participent à des conflits à travers le monde. C’est particulièrement le cas dans des groupes armés non Étatiques comme, l’armée démocratique du Soudan ou le Boko Haram au Nigeria.

Selon les Nations-Unies, la problématique concerne 23 pays, la République Démocratique du Congo est particulièrement concernée par la problématique des enfants-soldats. On estime qu’ environs 30% des membres des groupes armées dans l’Est de la RDC sont des garçons ou des filles mineurs. L’enrôlement des enfants dans les armées est source de nombreuses violations dont la violence sexuelle, la privation et le traumatisme.

Certains enfants sont messagers ou espions, mais d’autres sont utilisés comme combattants voire même comme boucliers ou objets sexuels. D’autres enfants sont kidnappés ou recrutés de force.

Pour l’UNICEF, la problématique des enfants- soldats constitue une priorité. Au Soudan du Sud, des centaines d’enfants sont recrutés par des groupes armées. Depuis le début de l’année, plus de 650 enfants ont été recrutés par des groupes armés au Soudan du Sud. Un regain du conflit pourrait mettre des dizaines de milliers d’enfants en grand danger. L’UNICEF appelle à une cessation immédiate du recrutement et à la libération inconditionnelle de tous les enfants par les groupes armées.

Trois ans après le début du conflit qui déchire le soudan du sud, on constate que les groupes armées poursuivent le recrutement d’enfants. 1300, rien que pour le début de l’année. Cela porte le nombre d’enfants incorporés dans les groupes armées à 17 mille. Des milliers d’autres ont été tués ou enlevés de force.

Et pourtant, la place de l’enfant est à l’école. Un enfant qui ne va pas à l’école est un enfant qu’on a privé de ses droits et de son future.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.