Accueil / Echo d'Afrique / Israël-Palestine, Donald Trump fait avorter le processus de paix au Moyen-Orient

Israël-Palestine, Donald Trump fait avorter le processus de paix au Moyen-Orient

Le président américain Donald Trump continue de surprendre son monde. Depuis son accession à la tête du pays, les sorties de ce dernier sont plus fracassantes les unes des autres. La dernière en date remonte de ce mercredi où il reconnaît la ville de Jérusalem comme capitale de l’Etat Israël. Une déclaration synonyme d’une bombe atomique, a fini de faire le tour du monde. Nombreux sont ceux qui n’ont pas manqué de montrer leur indignation face à cette déclaration de Donald Trump. Une provocation, certes pour le monde arabe qui dés l’annonce de Donald Trump ont pris parties à leurs frères musulmans qui sont les Palestiniens.

Les relations entre le Palestine et l’Israël ne sont jamais des meilleurs. Ces deux pays liaient par l’histoire n’ont jamais pu régler leur diffèrent. En effet, la tension entre les deux pays remonte depuis très longtemps. Leur conflit tire son origine de la volonté des deux peuples d’occuper un même territoire. Ainsi, après la deuxième guerre mondiale et le génocide des Juifs par les nazis, alors la grande Palestine est devenue sujette à des violences constantes entre Juifs et Arabes. Sur ce, l’Onu adopte une résolution en partageant la Palestine en deux Etats indépendants, l’un juif l’autre arabe, ainsi l’instauration d’une zone internationale sous contrôle de l’Onu, comprenant le lieu saint Jérusalem où se trouve le Temple de Salamon. Laquelle site est revendiquée par les deux territoires comme leur appartenance.

Cependant, à l’heure actuelle le Président américain qui était censé jouer la médiation vient de semer une polémique. Une attitude hautement décriée par l’Iran qui a dénoncé mercredi la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, prévenant qu’elle provoquerait une «nouvelle Intifada» ou soulèvement palestinien. Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué une «provocation et une décision insensée de la part des Etats-Unis (…) qui va provoquer une nouvelle Intifada et pousser à des comportements plus radicaux et à davantage de colère et de violence».

Suffisant aujourd’hui de se poser des questions si le président américain n’est pas sur le point de créer une nouvelle crise qui risque de secouer tout le monde.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.