Les gabonais sont dans la tourmente. En effet, le conseil des ministres qui devait se tenir, mardi 15 janvier, juste au terme de la prestation de serment du nouveau gouvernement; a été reporté à mercredi 16 janvier 2019. La séance n’aura pas lieu aujourd’hui non plus, car, selon les médias locaux, il a encore été reporté et cette fois ci, sine die: « Il a été renvoyé à une date ultérieure en attendant que les ministres prennent possession de leur ministère », a confié le Vice-président de la République Pierre-Claver Maganga Moussavou à Infos Gabon. Cette rencontre avec sa nouvelle équipe dirigeante, devrait être pour le président Ali Bongo, la première depuis sa maladie qui l’a maintenu hors du pays pendant au moins quatre mois.

Le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement et le premier de l’année 2019, cherche toujours une place dans le temps. Qualifié de Conseil des ministres de « normalisation » par le parti pour le changement, cette rencontre entre les 38 ministres et le chef de l’Etat, sera l’occasion de donner les orientations en termes de réformes, à la nouvelle équipe gouvernementale, écrit Gabon média time.

La question qu’il convient désormais de se poser est : que se passe-t-il exactement au Gabon ? Pourtant, Ali Bongo a fait le déplacement de Rabat à Libreville pour assister à la prestation de serment, devant lui, des nouveaux ministres comme l’indique la constitution du pays. Alors, quel est donc le problème pour qu’il ne puisse par présider le conseil des ministres ?

Encore des incertitudes sur la situation du président et autour de sa capacité à assumer ses responsabilités de commandant en chef, quand on sait qu’il remettra le cap sur Rabat dans quelques jours pour continuer sa convalescence et que, selon les médias, il y suivra des soins spéciaux et intenses qui accéléreraient sa remise en forme.