Breaking News
Accueil / Keppar / En conférence de presse, les ex-employés de D-Média intensifient le combat contre Bougane
synpics d-média

En conférence de presse, les ex-employés de D-Média intensifient le combat contre Bougane

Le bras de fer entre les ex-employés licenciés de D-Média et leur patron Bougane Guèye est loin de connaitre une fin. Suite à leur licenciemens abusif, les amis Cheikh Ndong Secrétaire général du Synpics D-Média ont tenu un point de presse ce vendredi pour édifier l’opinion. Ces derniers, fustigent l’attitude de leur désormais ex-patron qui selon eux, procède à des campagnes de diabolisations en diffusant des communiqués pour tenter de berner l’opinion par l’exposé des raisons qui sous-tendent ses actes ignobles et barbares.

Le combat ne sera pas de tout repos selon ces ex-employés de Bougane Guèye. Ainsi au cours de leur point de presse, ces derniers ont fait savoir que le patron de D-Média verse dans le mensonge pour berner l’opinion publique. «C’est donc juste pour éclairer ceux qu’il a voulu flouer avec une série de mensonges éhontés que nous avons initié cette conférence de presse pour vous donner la seule part de vérité dans cette affaire. Tout ce qui a été avancé par Bougane et ses équipes n’étaient que mensonges et nous allons utiliser ses propres mots, à lui Bougane, pour les lui opposer. Ce sera à lui de dire lequel des deux propos est la vérité », fait savoir le porte-parole du jour Cheikh Anta Seck.

Poursuivant, il explique que  «Bougane a littéralement violé la législation du Travail en licenciant Paul Abraham Pouye et Pape Amadou Sy».

Abordant la question de la fermeture du  journal la Tribune, pour Cheikh Anta Seck fait savoir que les raisons que leur ex-patron avait avancées concernant des problèmes financiers ne sont que pur mensonge. «Pour ce qui  est du chômage technique, après savoir soutenu que la Tribune a cumulé une perte de 214 millions entre 2015 et 2017, il a essayé de solliciter la clémence de l’Inspection du travail en évoquant le recouvrement de 50 millions dans le procès en diffamation. Tout en reconnaissant qu’il n’a pas respecté les procédures pour opérer un chômage technique qui d’ailleurs est une incongruité dans le cas d’espèce, il a maintenu sa décision. En réalité Bougane veut la guerre. Et comme il l’a dit, il compte mettre tous les moyens dont il dispose et ses féticheurs pour gagner».

Cependant ces derniers ne comptent pas rester là. Ils annoncent qu’ils vont mener le combat dans les tribunaux afin d’obtenir gain de cause.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*