Accueil / Les déraisons sénégalaises / Déraisons sénégalaises (Par O’korSiga)
Corruption au Sénégal

Déraisons sénégalaises (Par O’korSiga)

Jour après jour, le beau théâtre qu’est notre pays, le Sénégal, offre des scènes de vie intrigantes et affligeantes.  Tel est le spectacle qu’inspire tout à tour les manœuvres politiques de basse nature, la politisation outrageuse de l’administration publique, la dévalorisation de la fonction de ministre, l’irresponsabilité de certains élus, l’instrumentalisation d’une certaine jeunesse inconsciente ou, plus près de nos vies de « simples citoyens », les abus effrontés dans tous les domaines de consommation où l’on note l’absence d’une politique et d’une volonté de régulation. Des exemples de cette nature, il est possible d’en citer à profusion. C’est à se demander si les notions de bien commun et destin commun ont encore un sens pour nous. Nos rêves de grandeur et de maturité sont sapés par des attitudes déraisonnables, typiquement sénégalaises.

Il est important de noter que, dans les mesures proposées lors du Référendum de 2016, le Pr Macky SALL ne faisait pas œuvre de pionnier en proposant la « reconnaissance de nouveaux droits aux citoyens » concernant le droit à un environnement sain ou encore l’usage de nos ressources naturelles ; c’est un droit de fait que lui confère son rôle de « simple citoyen ». En effet, faire le choix de vivre dans une démocratie nous impose d’indiquer à nos élus la voie que nous souhaitons suivre, de questionner les choix faits en notre nom et de montrer du doigt les attitudes qui vont à l’encontre de l’intérêt commun.

Cependant, très souvent, une merveilleuse tradition du respect de l’autre, de réserve, de délicatesse et parfois de complaisance nous oblige à détourner le regard, ou, au mieux, à mettre la poussière sous le paillasson. Mais voilà que notre vitrine s’enlaidit d’enflures et de rebuts qui menacent la pérennité du modèle sénégalais et de notre vivre ensemble. Cette fois-ci, nous ne pourrons blâmer un quelconque envahisseur. Le péril frétille en notre sein. Il est impérieux de l’identifier et de le nommer.

Nous n’accablerons personne. L’entreprise sera plutôt de rappeler l’idéal et dénoncer les faits qui le mènent à l’abîme. Un péril serait malvenu d’autant que des richesses jusque-là insoupçonnées affleurent et nous font miroiter un destin d’abondance. Cependant il faut agir sur l’essentiel. Pour un peuple digne et valeureux, la fleur sculptée n’est pas une réussite économique, technique ou technologique ; elle réside dans l’existence en son sein d’une communauté d’hommes et de femmes de valeur qui font passer l’intérêt général devant leur épanouissement personnel. Contre la dépravation et les agissements méprisables des uns et des autres, notre responsabilité collective est donc d’amener ces hommes et femmes vers une prise de conscience d’eux-mêmes d’abord, et du destin commun qui nous lie. Cette responsabilité est aussi de les guider à poser des actes hautement patriotiques.
Cette rubrique sera donc une autre vitrine. Bavarde, inquisitrice, processive à l’encontre des menaces à nos rêves de grandeur. Dans sa diversité, notre peuple est déjà beau. Il nous suffit de veiller à son épanouissement.

O’korSiga

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.