Breaking News
Accueil / Education / Cheikh Anta Diop: La vision du dernier pharaon toujours d’actualité

Cheikh Anta Diop: La vision du dernier pharaon toujours d’actualité

Ce 7 février, sera célébré le 31e anniversaire de la disparition du Pr Cheikh Anta Diop dont le souvenir reste intact dans la mémoire des africains. Les œuvres de l’égyptologue qui font désormais l’unanimité dans la communauté scientifique sont plus d’actualité, à l’heure de l’intégration africaine.

Durant son existence, Cheikh Anta Diop s’est toujours engagé pour la restauration de l’histoire de l’Afrique travestie par des siècles d’esclavage et de colonisation. La dizaine d’œuvres et des centaines de publications du dernier pharaon avaient pour but de combattre l’aliénation des peuples africains.

Si aujourd’hui, des disciples du Pr Cheikh Anta Diop essaient, tant bien que mal, de perpétrer son héritage intellectuel, il reste quelques tenants de l’idéologie réactionnaire qui s’emploie à remettre en cause l’héritage intellectuel du dernier pharaon. 

« Nous pouvons dire que plus de trente ans après sa disparition, la pertinence de la pensée de Cheikh Anta Diop ne souffre d’aucun doute. Aujourd’hui, ses théories sur l’Égypte nègre et sur l’Afrique comme berceau de l’humanité sont admises par toute la communauté scientifique. Il a laissé à la postérité de solides théories et autres pensées qui sont perpétuées à travers l’École d’Egypthologie de Dakar et la revue Ankh depuis 25 ans », a déclaré dans les colonnes de l’As, le Pr Aboubacry Moussa Lam, Égyptologue et disciple de Cheikh Anta.

Le travail de Cheikh Anta Diop qui a débuté avec la parution de « Nations Négres et Cultures » en 1954 a suscité un vrai engouement pour la recherche de l’antiquité en Afrique », indique le Pr Aboubacry Moussa Lam. Selon lui, les enseignements de Cheikh Anta Diop sont d’actualité dans la mesure ou son ouvrage « Les Fondements économiques et culturels d’un État fédéral d’Afrique noire », exposent la base théorique de la vision d’une unité fédérale africaine.

Selon l’un de ses disciples, Cheikh Anta Diop, s’est chargé de montrer dans ses œuvres la centralité de l’Afrique dans l’histoire antique du monde. Il a défendu l’idée d’une intégration africaine avec comme soubassement; l’unité culturelle de l’Afrique noire dans « Les fondements culturels, techniques et industriels d’un futur État fédéral d’Afrique noire », en 1960, explique le disciple.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*